Devant le Conseil de sécurité, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a affirmé qu’il était essentiel de faire preuve d’un engagement “collectif et durable” et de suivre une approche “globale commune” pour une sortie de crise au Mali.

Lors d’une réunion virtuelle du Conseil consacrée à la situation dans ce pays en proie à une crise multidimensionnelle, M. Guterres a également plaidé pour un soutien continu à la Mission de paix des Nations-Unies au Mali (MINUSMA) dont le mandat expire fin juin.

« Les crises multiformes qui touchent le Mali et le Sahel continuent de faire payer un lourd tribut aux populations de la sous-région. Les groupes terroristes et criminels continuent d’étendre leurs activités et d’exploiter les tensions intercommunautaires qui existent de longue date », a déclaré le chef de l’ONU.

Le Secrétaire général a souligné que la Covid-19 « vient compliquer une situation déjà extrêmement difficile » et que les groupes terroristes et d’autres groupes armés tentent de tirer profit de la pandémie.

« Le Mali n’a pas été épargné par le virus, pas plus que la mission de maintien de la paix sur le terrain » a-t-il noté, se disant encouragé par la réaction rapide du gouvernement malien face à la pandémie, en étroite coopération avec la MINUSMA et d’autres partenaires internationaux.

Le chef de l’ONU a aussi exprimé sa préoccupation par la situation dans le centre du Mali, où les activités terroristes continuent d’alimenter la violence intercommunautaire, faisant payer un lourd tribut à la population locale, dont les 100 civils tués au cours des derniers jours.

Selon le Secrétaire général, la lutte contre l’impunité reste indispensable pour endiguer la violence dans le centre du pays et les autorités doivent en faire davantage pour montrer leur détermination à agir en ce sens.

« Il est essentiel de traduire en justice les auteurs criminels contre les soldats de la paix. 128 soldats de la paix ont été tués à la suite d’actes hostiles et pas un seul responsable n’a eu à rendre de comptes », a-t-il dit.

Bouton retour en haut de la page
Fermer