Treize militaires français ont été tués lundi soir au Mali, dans la collision entre deux hélicoptères lors d’une opération de combat contre des djihadistes, annonce mardi la présidence française.

Il s’agit de militaires de l’armée de terre dont six officiers, six sous-officiers et un caporal-chef, “tombés en opération et morts pour la France dans le dur combat contre le terrorisme au Sahel”, souligne l’Elysée dans un communiqué.

Le Président de la République “salue avec le plus grand respect la mémoire de ces militaires (…). Il s’incline devant la douleur de leurs familles et de leurs proches et leur adresse ses plus sincères condoléances, en les assurant de l’indéfectible solidarité de la Nation”, note la même source.

M. Emmanuel Macron exprime aussi son soutien le plus total à leurs camarades de l’armée de terre et des armées françaises et salue le courage des militaires français engagés au Sahel et leur détermination à poursuivre leur mission.

Selon la presse, cet accident porte à 38 le nombre de militaires français tués au Mali depuis le début de l’intervention française dans ce pays en 2013.

Le dernier mort est un jeune brigadier de 24 ans, tué début novembre par un engin explosif.

Bouton retour en haut de la page
Fermer