Amnesty International a appelé mercredi la communauté internationale à accroître d’urgence son aide humanitaire à Madagascar, dont la moitié sud notamment est frappée par une sécheresse inédite résultant du réchauffement climatique.

Cette sécheresse, la pire depuis 40 ans, a déjà placé plus d’un million de gens en situation de famine et causé de premiers décès directs, selon un nouveau rapport de l’ONG de défense des droits de l’Homme.

“La communauté internationale doit immédiatement apporter aux population de Madagascar touchées par la sécheresse une aide humanitaire accrue et des financements additionnels permettant de compenser les pertes et les dégâts subis”, affirme Agnès Callamard, la secrétaire générale d’Amnesty dans ce rapport publié avant l’ouverture de la COP 26.

Dans la pointe sud de l’île, 91% de la population vit en situation de pauvreté et la sécheresse a réduit à néant les capacités de production agricole et de pêche dont les familles dépendent pour leur survie, affirme le rapport.

Le changement climatique, note Amnesty, n’offre que la migration comme solution à la population, selon l’ONG.

“Il est particulièrement injuste que le changement climatique frappe d’abord les populations des pays en voie de développement, alors qu’ils sont ceux qui ont le moins contribué à la crise climatique”, souligne Amnesty.

Bouton retour en haut de la page
Fermer