Le président français Emmanuel Macron et le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte se sont dit d’accord mercredi pour un “mécanisme automatique” de répartition des migrants, auxquels tous les pays de l’UE devraient participer “d’une façon ou d’une autre”, sous peine de “pénalités financières”.

Paris et Rome, qui affichaient leur unité après deux ans de dissensions sur ce sujet brûlant, défendront au sein de l’UE “une position commune pour que tous les pays participent d’une façon ou d’une autre” à l’accueil “ou bien soient pénalisés financièrement”, a expliqué M. Macron, venu à Rome pour une brève visite.

Le chef de l’Etat français s’exprimait aux côtés de M. Conte, avec qui il venait d’avoir un bref entretien.

Regrettant “l’injustice” vécue par les Italiens, Emmanuel Macron a, par ailleurs, répété que l’UE n’avait pas été suffisamment solidaire envers l’Italie.

Plusieurs ministres de l’Intérieur de l’UE (dont les ministres français, allemand et italien) doivent se réunir lundi à Malte pour discuter de ce dossier.

Bouton retour en haut de la page
Fermer