Les ministres de l’Intérieur des 27 Etats membres de l’Union européenne (UE) ont réaffirmé vendredi la détermination de l’UE à renforcer la lutte contre le terrorisme afin de protéger les citoyens européens contre toute menace pour leur sécurité.

Dans une déclaration conjointe adoptée à l’issue des récentes attaques terroristes survenues en France et en Autriche, les ministres ont souligné que ces attentats “ont montré l’ampleur de la menace à laquelle nous sommes confrontés”, affirmant qu'”étant donné la nature transnationale des réseaux terroristes, nous pouvons clairement voir à quel point des mesures au niveau européen sont importantes et nécessaires”.

Les ministres ont ainsi mis l’accent sur la nécessité de renforcer les frontières extérieures de l’UE et de coopérer plus étroitement avec les pays tiers afin de lutter contre les menaces terroristes.

Se félicitant de l’initiative d’un partenariat policier européen, ils ont relevé qu'”il est essentiel que les policiers en Europe aient accès aux informations dont ils ont besoin pour faire leur travail, tout en respectant pleinement les droits fondamentaux”.

Les ministres européens ont, dans ce sens, appelé la Commission européenne à présenter une proposition révisant le mandat d’Europol avec une base juridique solide pour le traitement de grands ensembles de données.

“Europol et en particulier son Centre européen de lutte contre le terrorisme (ECTC) sont d’une importance fondamentale pour soutenir efficacement les États membres dans la prévention et la répression des crimes terroristes, et doivent être renforcés. En même temps, Europol doit être dotée de ressources financières et humaines suffisantes”, ont-t-ils insisté.

Les ministres européens ont, par ailleurs, souligné l’importance de lutter contre les discours haineux et la propagande terroriste en ligne, affirmant que les plateformes en ligne et les réseaux sociaux doivent de s’assurer que leurs services ne sont pas utilisés pour des activités illégales promouvant le crime, le terrorisme ou la haine, dans le plein respect des droits fondamentaux, y compris la liberté d’expression et la vie privée.

Ils ont relevé, dans ce sens, qu’ils comptent mener à bien les négociations autour du règlement sur les contenus à caractère terroriste en ligne (TCO) d’ici la fin de l’année, tout en maintenant l’ambition de créer un nouvel instrument opérationnel efficace pour l’élimination transfrontalière des contenus à caractère terroriste dans l’heure ou moins suivant leur signalement.

Cette déclaration des Vingt-sept a été adoptée trois jours après un mini-sommet européen organisé par Paris, qui avait souligné la nécessité d’une réponse coordonnée rapide de l’UE pour intensifier la lutte contre le terrorisme.

Bouton retour en haut de la page
Fermer