Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne (UE) ont insisté vendredi sur la nécessité de renforcer la lutte contre le terrorisme et de prévenir la radicalisation et l’extrémisme violent.

“Nous sommes unis dans la lutte contre la radicalisation, le terrorisme et l’extrémisme violent. Face aux attaques qui visent les droits et libertés fondamentaux, l’UE fera respecter les valeurs communes sur lesquelles reposent nos sociétés pluralistes et elle poursuivra avec détermination ses efforts communs visant à les défendre”, lit-on dans des conclusions adoptées par les Vingt-sept à l’issue de leur sommet de deux jours à Bruxelles.

Les dirigeants européens soulignent ainsi qu’il est essentiel de prévenir la radicalisation et de s’attaquer aux idéologies “qui sous-tendent le terrorisme et l’extrémisme violent, y compris en ligne”.

Dans ce contexte, ils préconisent d’intensifier la lutte contre les contenus illicites en ligne, disant attendre avec intérêt une proposition ambitieuse de la Commission européenne visant à renforcer les responsabilités des plateformes en ligne dans le cadre de la législation sur les services numériques.

Les Vingt-sept appellent également à adopter rapidement la proposition relative à la lutte contre la diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne et à soutenir des initiatives visant à mieux comprendre la propagation des idéologies extrémistes.

“Les échanges complets, à l’échelle de l’Europe, de connaissances, de recherches et d’expertise scientifiques doivent, de même, être renforcés”, insistent-ils.

Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE affirment, par ailleurs, qu’il est essentiel que les services répressifs et les autorités judiciaires soient en mesure d’exercer leurs pouvoirs légaux tant en ligne que hors ligne pour lutter contre les formes graves de criminalité, appelant à appuyer davantage l’action des services répressifs et à renforcer la coordination policière et judiciaire dans l’ensemble de l’UE.

Bouton retour en haut de la page
Fermer