Le premier groupe de transport aérien européen, Lufthansa, a annoncé des milliers de suppressions d’emplois supplémentaires pour faire face aux pertes occasionnées par la pandémie liée au nouveau coronavirus.

Cette décision a été prise suite à une reprise “nettement plus lente qu’attendue” après l’arrêt quasi-total des vols, explique le groupe dans un communiqué.

La compagnie, qui perd actuellement 500 millions d’euros par mois, va se séparer d’ici 2025 de 150 avions, contre 100 prévus initialement, ce qui entraîne “une augmentation” du nombre de “postes excédentaires” par rapport aux 22.000 déjà annoncés.

Lufthansa, qui n’a pas précisé le nombre exact de suppressions de postes, assure vouloir trouver des accords pour “limiter le nombre de licenciements secs”, notamment à travers plus de temps partiel et donc des coupes de salaire.

D’ici le premier trimestre 2021, l’entreprise veut avoir supprimé 20% des emplois cadres.

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer