L’Union européenne (UE) a décidé jeudi de proroger d’un an ses sanctions à l’encontre des personnes et entités faisant l’objet de mesures restrictives visant la République populaire démocratique de Corée (RPDC) en raison de ses programmes nucléaire et balistique, indique un communiqué du Conseil de l’UE.

Le Conseil précise que les mesures restrictives existantes – interdiction de pénétrer sur le territoire de l’UE et gel des avoirs – imposées aux personnes et entités inscrites sur la liste de l’UE continueront de s’appliquer pendant un an, jusqu’au prochain réexamen annuel.

Selon la même source, les 57 personnes et les 9 entités figurant sur la liste de l’UE font l’objet de sanctions parce qu'”elles contribuent aux programmes de la RPDC en rapport avec les armes nucléaires, les missiles balistiques ou d’autres armes de destruction massive ou qu’elles contournent les sanctions”.

“Les sanctions de l’UE à l’encontre de la RPDC sont les plus rigoureuses prises contre n’importe quel pays. Elles ont été adoptées suite aux activités menées par le pays pour développer des armes nucléaires et des missiles balistiques, qui sont contraires à de nombreuses résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies”, rappelle le Conseil.

Et d’ajouter que l’UE a exprimé à plusieurs reprises sa ferme conviction que “l’objectif d’une paix durable et de la dénucléarisation de la péninsule coréenne doit être atteint par des voies pacifiques, et que le processus diplomatique doit se poursuivre, seul moyen de réaliser cet objectif”.

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer