Les ministres de l’intérieur de l’Union européenne (UE), réunis mercredi à Bruxelles, ont exprimé la détermination de l’UE à protéger “efficacement” ses frontières extérieures.

“Les traversées illégales ne seront pas tolérées. À cet égard, l’UE et ses États membres prendront toutes les mesures nécessaires, conformément au droit de l’UE et au droit international”, ont souligné les ministres européens dans une déclaration commune à l’issue d’une réunion extraordinaire consacrée à l’examen de la situation aux frontières extérieures de l’union avec la Turquie.

Réitérant la solidarité de l’UE avec la Grèce face à l’afflux de milliers de migrants via la Turquie, ainsi qu’avec la Bulgarie et Chypre et d’autres États membres, qui pourraient être affectés de la même manière, les ministres assurent que tous les États membres, la Commission européenne et les agences de l’UE sont prêts à renforcer leur soutien aux zones sous pression, notamment par le déploiement de l’intervention rapide aux frontières de Frontex et une assistance technique supplémentaire.

“Les États membres fourniront rapidement le soutien nécessaire pour assurer le déploiement immédiat des équipes et des moyens concernés. La Commission jouera un rôle actif dans la coordination du soutien des États membres”, ont-ils noté.

Ils ont, par ailleurs, salué le soutien supplémentaire de la Commission européenne à la Grèce pour faire face à l’afflux de migrants. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, en déplacement à la frontière turque, avait promis mardi une aide de “700 millions d’euros” à la Grèce, dont la moitié immédiatement.

Depuis que la Turquie a annoncé vendredi dernier l’ouverture de ses frontières avec l’Europe, des milliers de migrants ont afflué dans la zone tampon entre la Grèce et la Turquie réclamant leur passage en Europe.

Selon une estimation de l’ONU, jusqu’à 13 000 personnes sont actuellement bloquées à la frontière de la Grèce avec la Turquie.

Bouton retour en haut de la page
Fermer