Les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne (UE) se sont accordés lundi sur de nouvelles sanctions ciblées contre des responsables russes pour leur implication dans l’affaire Navalny, a annoncé le chef de la diplomatie de l’Union européenne, Josep Borrell.

Un “accord politique” pour de nouvelles sanctions ciblées a été trouvé au cours d’une réunion des ministres des Vingt-Sept à Bruxelles, a indiqué M. Borrell qui a été chargé de proposer une liste de noms de responsables russes à sanctionner pour “le traitement infligé” à l’opposant russe Alexeï Navalny.

Il s’agira essentiellement de responsables liés à l’arrestation de l’opposant russe et aux poursuites judiciaires dont il fait l’objet.

L’effectivité des sanctions – interdiction d’entrée dans l’UE, gel des avoirs dans l’UE, entre autres – devrait être confirmée avant une semaine. Ce sera la première fois que l’UE aura recours à sa “loi Magnitsky”, son nouveau régime mondial de sanctions en matière de droits humains, a fait savoir M. Borrell.

Alexeï Navalny, 44 ans, a été arrêté en janvier à son retour d’Allemagne où il avait été soigné pendant cinq mois des conséquences d’un empoisonnement présumé.

Poursuivi pour une fraude datant de 2014, il a été condamné à purger une peine d’environ deux ans et demi de prison.

L’UE a dénoncé la condamnation de l’opposant russe et exigé sa libération sans conditions.

Bouton retour en haut de la page
Fermer