L’Union européenne (UE) a condamné le raid aérien qui a visé le quartier Al-Qalaa à Morzouk (900 kilomètres de Tripoli), dans le Sud de la Libye.
Dans une déclaration de son porte-parole, l’UE a dénoncé cette frappe qui “a coûté la vie à des civils dans le sud de la Libye, une région qui paie déjà un lourd tribut pour l’incapacité des parties belligérantes à mettre fin à la crise”.
“Les attaques aveugles contre des zones résidentielles densément peuplées peuvent constituer des crimes de guerre”, dont les auteurs “doivent être traduits devant la justice”, prévient la porte-parole qui réitère l’appel de l’UE à mettre fin immédiatement à ces attaques.
Elle invite “tous les Libyens à soutenir les efforts de l’émissaire de l’ONU en Libye pour relancer les négociations politiques et mettre en oeuvre une trêve à l’occasion de l’Aïd al-Adha”.
Dans une déclaration au nom des 28 Etats membres de l’UE, la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, avait appelé vendredi à l’arrêt immédiat des combats en Libye et exhorté toutes les parties au conflit à revenir au processus politique, sous médiation des Nations unies, tout en se félicitant de la proposition du Représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, de proclamer une trêve à l’occasion de l’Aïd Al Adha, estimant qu’une telle mesure “pourrait constituer un premier pas vers la paix”.
Au moins 42 civils ont été tués et plusieurs autres blessés dans le raid effectué, dimanche soir, dans le Sud de la Libye.
Selon un dernier bilan de l’Organisation mondiale de la santé, les combats aux abords de Tripoli ont fait 1.093 morts et 5.752 blessés, ainsi que plus de 100.000 déplacés.

Bouton retour en haut de la page
Fermer