Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a souhaité mardi voir l’alliance atlantique s’accorder à ériger l’espace en nouveau domaine de sa défense, à la veille d’une réunion des chefs de la diplomatie des 29 pays alliés à Bruxelles, la dernière avant celle des chefs d’Etat et de gouvernement prévue à Londres début décembre.

“Demain, nous franchirons une autre étape importante. Je m’attends à ce que les ministres (des Affaires étrangères) s’accordent à reconnaître l’espace comme un domaine opérationnel, aux côtés de l’aérien, du terrestre, du naval et du cybernétique”, a-t-il dit lors d’un point de presse.

Pour M. Stoltenberg, l’espace est “essentiel à la défense et à la dissuasion de l’Alliance, pour l’alerte avancée, les communications et la navigation”.

Rappelant que près de 2.000 satellites orbitent actuellement autour de la Terre, dont une moitié sont la propriété de pays de l’OTAN, le SG de l’Alliance atlantique s’est dit convaincu que “reconnaître l’espace comme un domaine opérationnel sera un signe clair que nous continuons à renforcer notre dissuasion et notre défense dans tous les domaines”.

“Notre approche restera défensive”, a insisté M. Stoltenberg, en soulignant que l’OTAN “n’a aucune intention de placer des armes dans l’espace”.

Le secrétaire général de l’OTAN a mis en avant cet intérêt pour l’espace dans un effort visant à prouver la pertinence de l’organisation, remise en cause récemment par les propos controversés du président français Emmanuel Macron, qui a évoqué une alliance en état de “mort cérébrale”.

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer