Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a réitéré son appel pour la construction d’un monde plus résilient, plus inclusif et plus durable, une fois la pandémie du Covid-19 sera terminée.

“Six mois après le début de la pandémie de Covid-19, nous commençons seulement à percevoir la gravité de son impact sur la vie et les moyens de subsistance dans le monde”, a noté M. Guterres lors d’une réunion virtuelle sur la question du développement durable, organisée par le Conseil économique et social des Nations-Unies (ECOSOC).

Pour le chef de l’ONU, la pandémie “met à nu des inégalités structurelles et omniprésentes, de l’insuffisance des infrastructures de santé aux lacunes de la protection sociale qui sont désormais une question de vie ou de mort pour beaucoup”. Il a aussi déploré que cette crise sanitaire mondiale réduit à néant des décennies de progrès dans la lutte contre la pauvreté et la faim et place des obstacles encore plus importants sur la voie de la réalisation des objectifs de développement durable.

Antonio Guterres a également déploré le fait que les personnes les plus touchées sont celles qui étaient déjà vulnérables, à savoir les personnes vivant dans la pauvreté, les personnes handicapées, les autres groupes marginalisés, les femmes et les enfants.

“Pour l’avenir, nous menons des efforts pour construire des économies et des sociétés plus résilientes, inclusives et durables. Il est impensable de revenir aux cadres et aux systèmes qui ont provoqué cette crise”, a insisté le chef de l’ONU, qui a estimé que ces temps sans précédent appellent une réflexion profonde et une action forte.

Bouton retour en haut de la page
Fermer