L’ONU a réclamé mercredi que ses membres redoublent d’efforts pour permettre au plus tôt une couverture sanitaire universelle, encore plus nécessaire, selon l’Organisation, en période de pandémie malgré son coût.

“Nous devons tous tirer les leçons difficiles de cette crise. L’une d’entre elles est qu’un sous-investissement dans la santé peut avoir un impact dévastateur sur les sociétés et les économies”, a souligné dans une vidéo le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

Figurant parmi les objectifs de développement durable fixés pour 2030, la couverture sanitaire universelle “ne peut attendre dix ans”. “Nous avons besoin d’une couverture sanitaire universelle, incluant une couverture pour la santé mentale, maintenant”, a-t-il insisté.

Dans un livret contenant des recommandations, l’ONU estime que tous les individus et toutes les communautés devraient bénéficier des “services de santé dont ils ont besoin sans difficultés financières excessives”.

Il est important “de supprimer autant que possible les barrières financières afin d’accéder aux services de santé”, estime l’ONU. “C’est un défi en période de récession économique, mais le Covid-19 a montré qu’un contrôle efficace de la pandémie bénéficie à l’économie”, précise l’Organisation.

La crise économique limite les accès à la santé alors que c’est dans cette période que les gens en ont le plus besoin, relève aussi le livret de l’ONU. Il recommande notamment de “renforcer les mesures de santé pour réduire la transmission du Covid-19 à zéro” et “de garantir l’accès aux soins des patients atteints de Covid-19 afin de réduire le nombre de décès”.

Alors que la compétition est rude dans la recherche de vaccins, l’ONU souligne la nécessité “d’élargir massivement l’accès aux nouveaux diagnostics et traitements rapides et faire en sorte que les futurs vaccins Covid-19 soient un bien public mondial avec un accès équitable pour tous, partout”.

La pandémie a fait à ce jour plus d’un million de morts avec quelque 35 millions de cas d’infection recensés.

Bouton retour en haut de la page
Fermer