L’organisation des Nations-Unies a réitéré sa préoccupation de la concentration de troupes militaires atour de la ville de Syrte, dans l’Est de la Libye, et son impact potentiel sur la population civile.

Selon l’ONU, les forces du Gouvernement d’union nationale (GNA), avec un soutien extérieur important, ont progressé vers l’est du pays et se trouvent actuellement dans les alentours de Syrte, ville qu’elles avaient déjà tenté de prendre le contrôle à deux reprises auparavant des mains de l’Armée nationale libyenne.

Le porte-parole du Secrétaire général de l’ONU a également indiqué que la situation dans le sud de Tripoli reste précaire, même après la cessation des hostilités actives, en raison des risques d’explosions des munitions de guerre laissées suite au retrait des combattants.

Cinquante-deux personnes sont mortes et 96 ont été blessées par des explosifs alors qu’elles cherchaient à rentrer chez-elles ou à nettoyer les zones infectées par les mines, a-t-il déploré.

Et d’ajouter qu’environ 430.000 personnes sont désormais déplacées à l’intérieur de la Libye, qui continue aussi de signaler une augmentation des cas de COVID-19 avec 1.512 cas confirmés et 40 décès depuis dimanche.

Le sud du pays, qui ne représente que 8% de la population libyenne, compte près de la moitié de toutes les infections et les deux tiers des décès, selon la même source.

Bouton retour en haut de la page
Fermer