Les Nations Unies ont fermement condamné l’attaque terroriste commise vendredi contre les Forces armées maliennes (FAMa) dans le nord-est du Mali près de la frontière avec le Niger.

Le 1er novembre, un camp des FAMa à Indelimane, dans la région de Gao, a été pris d’assaut. Dans un communiqué publié samedi matin, les FAMa ont fait état de 49 soldats tués et de trois autres blessés dans l’attaque de ce camp situé à une cinquantaine de kilomètres de la frontière nigérienne. L’armée a également indiqué avoir récupéré une vingtaine de rescapés et fait état de dégâts matériels.

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU et chef de la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA), Mahamat Saleh Annadif, a très fermement condamné cette attaque terroriste.

“En ces douloureuses circonstances, et au nom de la famille des Nations Unies au Mali, je tiens à exprimer toute ma solidarité au gouvernement et au peuple maliens, ainsi que mes encouragements aux forces de défense et de sécurité”, a déclaré M. Annadif dans un communiqué publié par la MINUSMA au lendemain de l’attaque.

Des opérations de sécurisation et de soutien sont actuellement en cours dans la région, avec l’appui des Casques bleus de la MINUSMA. Après cette attaque meurtrière, la mission onusienne a réaffirmé toute sa détermination à œuvrer, “conformément à son mandat, aux côtés des autorités et du peuple maliens, ainsi que des partenaires internationaux”, pour un retour définitif de la paix.

Cette attaque à Indelimane survient un mois exactement après la double attaque contre les camps des FAMa de Mondoro et de Boulikessy, qui avait fait officiellement 41 morts au centre du pays, à la frontière avec le Burkina Faso.

“Je m’incline devant la mémoire des soldats morts pour leur nation et la paix”, a ajouté le Représentant spécial, qui a souhaité un prompt et complet rétablissement aux blessés.

Bouton retour en haut de la page
Fermer