Siham Toufiki.

Rome – Décalé d’un an en raison de la pandémie du nouveau coronavirus, le Championnat d’Europe de football 2020, officiellement UEFA Euro 2020, débutera vendredi, avec le match d’ouverture au stade Olympique romain à Rome entre l’Italie et la Turquie, sur fond de mesures sanitaires appliquées aux joueurs comme aux spectateurs.

Pour assurer le bon déroulement des matches de ce championnat d’Europe “pas comme les autres”, dont le match d’ouverture au stade olympique qui dispose d’une capacité de 68.000 places, les autorités italiennes ont fixé une jauge de 25 % de supporters dans le stade, soit seulement 16.000 spectateurs, conformément aux directives de l’Association européenne de football (UEFA).

Les conditions d’accès aux stades consistent pour les supporters à présenter une preuve de la vaccination complète contre le coronavirus ou un test négatif au Covid-19, qui doit être réalisé dans un délai ne dépassant pas les 48 heures. Les autorités doivent, pour leur part, mettre en place des moyens de transport sûrs dans le respect du principe de distanciation sociale, tout en assurant la désinfection et stérilisation de toutes les installations et stades qui accueillent les matches de la Coupe d’Europe, et la présence d’équipes médicales dans les stades pour intervenir en cas d’urgence médicale.

Quant aux cafés et restaurants, dont la plupart seront équipés de grands écrans comme d’habitude, ils ne recevront qu’un nombre limité de clients à l’intérieur comme à l’extérieur.

Alors que les responsables de l’Union européenne de football ont décidé de ne pas imposer l’obligation de vaccinations aux joueurs participant au championnat, le staff technique de l’équipe italienne avait procédé à la vaccination des 33 joueurs des Azzurri avant même le stage d’entrainement en Sardaigne, selon un communiqué officiel de la Fédération italienne.

Les joueurs sont tenus, en revanche, de réaliser des tests de dépistage Covid-19 tous les quatre jours, programmés en fonction de leurs déplacements pendant le championnat continental, tout en veillant à maintenir une certaine distanciation entre eux et à éviter les visites et les sorties.

Si la présence des supporters devra permettre l’augmentation des revenus liés à la vente des billets, et la création d’une ambiance festive autour de ce rendez-vous footballistique, il n’en demeure pas moins que le retour du public dans les stades constitue un défi logistique et un casse-tête sanitaire non seulement pour l’Italie, mais pour la Fédération Continentale dans son ensemble.

En affrontant à domicile respectivement les équipes de Turquie, de Suisse et du Pays de Galles, dans un premier groupe équilibré, la sélection italienne espère retrouver sa place parmi les meilleures équipes, après le choc et l’immense déception suite à son élimination de la Coupe du monde en Russie 2018.

Cette Coupe d’Europe aura ainsi valeur de test pour la jeune équipe italienne, qui bien qu’elle soit grande favorite du groupe A, devra néanmoins se méfier de ses concurrents, la Turquie, le Pays de Galles et la Suisse. Mais la Squadra Azzurra pourra s’appuyer sur le soutien de ses supporters, puisqu’elle disputera ses trois matchs de poules à domicile, au Stade Olimpico de Rome, avec l’espoir d’aller en finale et de remporter son deuxième sacre continental après celui de 1968. Pour rappel, la Nazionale a atteint à deux reprises la finale de la Coupe d’Europe en 2000 et 2012, perdues respectivement face à la France et l’Espagne.

Après avoir raté la Coupe du monde en 2018, une première depuis 60 ans, l’Italie a retrouvé des couleurs, grâce à une qualification sans fausse note pour l’Euro (10 victoires en 10 matches) puis pour le prochain Final 4 de la Ligue des nations (en octobre).

Si elle reste sur 26 matches sans défaite, la Nazionale n’a pas vraiment eu l’occasion de rencontrer des ténors. Pour ces qualifications à l’Euro 2020, la Squadra Azzurra est en effet tombé dans un groupe J sans aucun cador (Finlande, Grèce, Bosnie, Arménie, et Liechtenstein).

L’Euro constitue dans ce sens un premier vrai test de la solidité de cette équipe enthousiaste, bâtie sur le talent du trio Verratti-Jorginho-Barella dans l’entrejeu. Malgré l’incertitude concernant la forme de Verratti, blessé début mai, l’Italie (7e au classement Fifa) reste favorite, dans un groupe dur qui n’autorisera pas la demi-mesure.

Bouton retour en haut de la page
Fermer