Longtemps dans l’opposition, le parti Fianna Fail du centre droit va gouverner pour la première fois en Irlande avec la formation centriste rivale, Fine Gael, dont le leader, Leo Varadkar, ex-chef du gouvernement devient vice-premier ministre.

C’est la première fois que les deux partis centristes irlandais, ennemis jurés depuis la guerre civile de 1922, s’allient pour gouverner.

Micheal Martin, 59 ans, a été élu samedi par les députés qui s’étaient réunis exceptionnellement dans un centre de congrès de Dublin afin d’avoir assez de place pour respecter les mesures de distanciation sociale contre le nouveau coronavirus.

Le dirigeant du parti centriste a obtenu 93 voix en sa faveur (63 contre et trois abstentions). Il s’est ensuite rendu à Aras an Uachtarain, la résidence du président irlandais Michael D Higgins qui l’a officiellement nommé Premier ministre ou “Taoiseach”, succédant à Leo Varadkar.

Ce dernier, ayant dirigé le gouvernement pendant trois ans (depuis le 14 juin 2017), occupera désormais la fonction de ministre des entreprises, du commerce et de l’emploi, en plus de sa mission de vice premier ministre.

Son confrère de Fine Gael, Simon Coveny, vice-premier ministre dans le gouvernement précédent, s’occupera quant à lui du ministère des Affaires étrangères et de la défense.

Les Irlandais s’étaient rendus aux urnes en février mais aucun parti n’avait obtenu une majorité suffisante pour pouvoir gouverner seul. A l’issue de plusieurs mois de négociations en pleine pandémie, les trois formations irlandaises Fianna Fail, le Fine Gael et les Verts s’étaient accordés pour constituer un gouvernement sans les nationalistes du Sinn Fein, pourtant arrivés en tête dans les dernières élections.

Les membres des trois partis ont ainsi donné leur feu vert à cet accord. Le gouvernement de coalition aura ainsi une direction tournante.

S’exprimant juste après son élection, Micheal Martin qui assurera les fonctions de chef du gouvernement jusqu’en décembre 2022, a assuré que la lutte contre la pandémie sera sa priorité majeure.

“2.278 personnes sur cette île ont perdu la vie”, avait déploré le nouveau Premier ministre, notant que malgré les “progrès importants” depuis le mois de mars, “la lutte contre le virus n’est pas terminée”.

“Nous devons continuer à contenir sa propagation. Nous devons être prêts à faire face à toute nouvelle vague”, a-t-il poursuivi.

Bouton retour en haut de la page
Fermer