Le ministre de l’Intérieur Amit Shah a annoncé au Parlement la révocation, par un décret présidentiel, de l’autonomie du Cachemire, garantie auparavant par la constitution indienne.

Les autorités nationalistes hindoues ont passé ce décret présidentiel qui “entre en vigueur immédiatement, et remplace aussitôt” les articles constitutionnels relatifs au Jammu-et-Cachemire (nord), en particulier l’article 370, selon un texte diffusé par le gouvernement.

L’article 370 de la Constitution indienne donnait un statut spécial au Jammu-et-Cachemire et autorisait le gouvernement central de New Delhi à légiférer seulement en matière de défense, affaires étrangères et communications dans la région, le reste relevant de l’assemblée législative locale. Par ailleurs, le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi a présenté au Parlement un projet de loi pour diviser le Jammu-et-Cachemire.
De sa part, l’ancienne Chef de l’exécutif de Jammu-et-Cachemire, Mehbooba Mufti a déclaré sur twitter que “la décision unilatérale du gouvernement indien d’abolir l’article 370 est illégale et inconstitutionnelle”, ajoutant que cela fera de l’Inde une force d’occupation au Jammu-et-Cachemire. La révocation de l’autonomie du Cachemire était une vieille promesse de campagne de M. Modi, qui a été réélu au printemps dernier pour un deuxième mandat.

Bouton retour en haut de la page
Fermer