L’Inde a décidé d’abaisser les taux d’imposition des sociétés dans le cadre d’une initiative surprise destinée à relancer l’investissement et relancer la croissance qui est actuellement à son plus bas niveau depuis six ans.

Les sociétés étrangères ayant des filiales ou des coentreprises indiennes avec des sociétés indiennes sont également éligibles pour bénéficier de taux d’imposition plus bas, a déclaré le ministre indien des Finances, Nirmala Sitharaman.

Les investisseurs étrangers et nationaux se plaignent depuis des années des taux d’imposition des sociétés trop élevés en Inde. Le nouveau taux place l’Inde à peu près au même niveau que les autres économies émergentes d’Asie, où les taux d’imposition des sociétés ont tendance à se situer entre 20% et 25%.

L’impôt sur les sociétés en Inde sera plus compétitif qu’au Bangladesh, pays voisin où l’industrie du vêtement est en croissance, mais un peu moins attrayant qu’au Vietnam, devenu une destination majeure pour les entreprises soucieuses d’éviter les conséquences du différend commercial américano-chinois, souligne la presse indienne.

En vertu des changements annoncés à New Delhi, l’impôt global sur les sociétés des sociétés nationales a été ramené de 30% à 22%. En tenant compte de la surtaxe et de la cessation, le taux effectif d’imposition est tombé d’environ 35% à environ 25%.

L’Inde cherche à dynamiser son secteur manufacturier par l’intermédiaire de sa campagne «Made in India». Le secteur de l’automobile, jadis une étoile brillante du secteur, a réduit ses activités de fabrication cette année en raison de la faiblesse de la demande.

Bouton retour en haut de la page
Fermer