De retour dans un Camp Nou fermé au public, le FC Barcelone a repris provisoirement cinq points d’avance sur le rival Real Madrid, en dominant la lanterne rouge Leganes (2-0) mardi pour la 29e journée de Liga.

Une pépite et un génie ont éclairé un écrin sans spectateurs. Avec deux buts du jeune espoir de 17 ans Ansu Fati (42e) et du sextuple Ballon d’Or Lionel Messi sur pénalty (66e), le Barça a réussi à oublier le pesant silence du Camp Nou et a de nouveau mis la pression, tout en haut du classement, sur les épaules de Zinédine Zidane et du Real.

Les Catalans ont eu du mal à se lancer, alors que le plus grand stade d’Europe et ses 99.354 places étaient fermées au public en raison du protocole sanitaire post-pandémie… ce qui a permis à l’arbitre de distinguer clairement le mécontentement de l’entraîneur de Leganes, Javier Aguirre, et de lui adresser un carton rouge direct dans le temps additionnel (90+5e).

“Avant l’échauffement, je suis sorti me promener un peu dans le stade… Et c’est vrai que c’est complètement différent. C’est comme si on perdait une part importante du football, cette essence que transmet le bruit, les applaudissements, le murmure de la foule… Tout ça, on le sent”, a confessé le technicien blaugrana Quique Setién en conférence de presse d’après-match.

C’est la deuxième fois de son histoire récente que le Barça a joué dans un Camp Nou vide. La première, c’était le 1er octobre 2017: le club avait décidé de fermer son stade au public contre Las Palmas, pour protester contre les violences policières dans le cadre du processus d’autodétermination catalan.

Après la rencontre, le défenseur Gerard Piqué avait même déclaré, en larmes en zone mixte : “C’était ma pire expérience professionnelle”.

Pas de cauchemars, mardi soir, mais un démarrage au ralenti: c’est même le défenseur français Clément Lenglet qui a sauvé les Blaugranas de l’ouverture du score de Leganés (13e), en détournant du talon, presque sur sa ligne, une frappe de Miguel Guerrero.

Mais par la suite, les changements de rythme d’Ansu Fati (5 buts cette saison en Liga) sur son aile gauche ont permis au Barça de trouver quelques failles, dans le rideau resserré de l’ancienne formation de l’attaquant danois Martin Braithwaite, Barcelonais depuis février mais préservé mardi soir.

“On a choisi de lancer (Ansu Fati) parce qu’il était bien depuis quelques temps aux entraînements. Il a fait du bon travail devant comme derrière, pas seulement sur son but. Il lui manque encore des choses, de la consistance, mais ça viendra. Il a ressenti quelques gênes pendant la pause, donc on a préféré ne pas prendre de risques et le sortir assez tôt dans le match”, a expliqué Setién après la rencontre.

Le trio d’attaque Leo Messi-Antoine Griezmann-Luis Suarez a été réuni à nouveau pendant une grosse demi-heure en fin de match, mais est resté inefficace.

Le Français, en difficulté cette saison au Barça, a eu l’occasion de marquer un but (64e), annulé à cause d’une position de hors jeu de Nelson Semedo sur la dernière passe.

Quique Setién a continué à gérer son effectif, en profitant de la nouvelle règle des cinq changements entre la 54e et la 73e. Mais malgré ce succès opportun au classement, les Catalans devront faire mieux lors de leur prochain match chez le Séville FC, vendredi (22h00).

Moins brillant que lors du premier match de retour du Barça depuis la pandémie à Majorque samedi dernier (4-0), Messi a toutefois réussi à accroître son avantage sur Karim Benzema au classement des meilleurs buteurs de Liga, et à ajouter du poids sur les épaules du Real.

Les Madrilènes auront une nouvelle chance de réduire leur retard sur le leader blaugrana jeudi soir (22h00) contre Valence.

Bouton retour en haut de la page
Fermer