Les travaux de la réunion consultative de la Chambre des représentants libyenne, tenue du 23 au 28 courants à Tanger, ont été sanctionnés par l’accord sur la tenue d’une réunion de la Chambre dans la ville de Ghadamès, juste après le retour de ses membres en Libye.

Cette réunion aura pour but de décider de “tout ce qui est à même de mettre fin à la situation de division au niveau de la Chambre des représentants de manière à lui permettre de mener à bien ses missions”, selon le communiqué finale  lu lors de la clôture de la réunion consultative de la Chambre des représentants libyenne, avec la participation de 123 députés, affirmant que le siège constitutionnel de la Chambre des représentants est la ville de Benghazi.

Le communiqué a fait part de la détermination à aller de l’avant pour mettre fin à la situation de conflit et de division au sein de toutes les institutions, et de préserver l’unité du pays et sa souveraineté sur tout son territoire, appelant à impulser la voie de la réconciliation nationale, au retour en toute sécurité des réfugiés et des personnes déplacées de force, et à la réparation des dommages.

Les participants ont également exprimé, dans le communiqué, leur entière disposition à interagir de manière positive avec l’ensemble des résultats du processus de dialogue, et ce conformément à la déclaration constitutionnelle, ses modifications et l’Accord politique libyen, saluant toutes les avancées positives réalisées à travers la Commission 5+5.

Ils ont, en outre, affirmé leur engagement à tenir des élections présidentielles et parlementaires selon un cadre constitutionnel, et à mettre fin le plus rapidement possible à la période de transition, de manière à ne pas dépasser une année après la tenue de la réunion de la Chambre des représentants.

Par ailleurs, le communiqué final a mis en avant la nécessité de respecter la déclaration constitutionnelle et la légitimé des organes qui en émanent, ainsi que l’importance de se conformer aux dispositions des paragraphes 25-28 de la résolution CSR2510 du Conseil de sécurité relatifs au rôle de la Chambre des représentants et la non création d’un organe parallèle qui contribuerait à une confusion de la situation, appelant aussi à renoncer au discours de haine et à inviter l’ensemble des médias à faire prévaloir un discours de réconciliation et de tolérance.

Le communiqué a salué, dans ce cadre, les efforts du Royaume du Maroc et son attachement au soutien du peuple libyen afin de trouver une solution politique à la crise libyenne et le retour de la stabilité dans le pays, affirmant le soutien des participants à toutes les rencontres positives et constructives abritées par les pays frères et amis, afin de rapprocher les points de vue des parties libyennes.

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, avait affirmé, dans une allocution prononcée lors de la séance de clôture, que les résultats de la réunion consultative de la Chambre des représentants libyenne constitueront un “point de changement important qui aura un grand impact sur le processus politique”.

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer