Dans le combat contre le SARS-CoV-2, qui a causé, jusqu’à présent, près de 258.840 décès dans le monde, chaque jour compte.

En première ligne dans la lutte contre cette pandémie, plusieurs experts en apprentissage machine ont usé de la puissance du calcul de l’intelligence artificielle afin d’anticiper et de gérer la crise sanitaire et d’accélérer l’élaboration d’un vaccin.

Ils appellent leur nouvelle arme “la science des épidémies”, qui pourrait changer la façon dont le monde combat les contagions.

BlueDot, une petite entreprise canadienne, a conçu un algorithme pour rechercher les foyers de maladies infectieuses dans le monde entier. Il s’agit d’un système d’alerte précoce numérique, qui a permi à la startup d’être parmi les premières à tirer la sonnette d’alarme sur cette épidémie mortelle.

C’était la veille du Nouvel An lorsque l’ordinateur de BlueDot, à l’autre bout du monde, sur le front de mer de Toronto, a lancé une alerte : un journal économique chinois venait de signaler 27 cas d’une mystérieuse maladie grippale à Wuhan. Les signes étaient inquiétants, a fait savoir le fondateur et PDG de l’entreprise canadienne, Kamran Khan, dans un entretien accordé récemment à la chaîne télévisée CBS.

“Au départ, nous ne savions pas qu’il s’agissait d’une prochaine pandémie. Mais nous savions qu’il y avait des échos de l’épidémie de SRAS”, a-t-il souligné.

Le PDG a indiqué que le système de BlueDot a parcouru, analysé et a visualisé un nombre géant de données à travers le monde en quelques secondes seulement afin de prédire correctement où le virus irait ensuite et de calculer les villes les plus à risque.

Mais ce n’est pas tout! L’algorithme est parvenu également à déterminer où et quand les individus infectés se sont rendus, s’est félicité M.Khan.

Même son de cloche chez l’entreprise américaine Dataminr: “Nous utilisons nos propres alertes en temps réel jour après jour. Grâce à nos alertes précoces sur la propagation de COVID-19, nous avons pu prendre la décision de fermer nos bureaux de manière proactive et de faire travailler nos équipes entièrement à domicile, en prévision d’une vague de mesures d’auto-quarantaine dans les États et les pays où nous opérons”, a écrit le président de cette startup de dernier cri, Jason Edelboim, dans une publication sur leur site web.

L’expert a relevé que ses clients, dont beaucoup comptaient sur les alertes de Dataminr en temps réel pour prendre des décisions plus rapides et mieux informées dans les premiers jours de la crise COVID-19, ont procédé de la même manière afin de protéger leurs employés, clients et partenaires, notant qu’ils identifient leur propre zone de risques et utilisent les informations en temps réel pour prendre des décisions éclairées.

Ainsi, nous les accompagnons pour assurer une gestion optimale de cette crise sanitaire, a-t-il assuré.

Toujours aux Etats Unis, un nombre de spécialistes IA marocains se battent en première ligne contre la pandémie.

Soucieux de la gestion de la capacité hospitalière, le professeur marocain, Anasse Bari, à l’université de New York (NYU) a développé, pour sa part, un outil permettant de signaler la gravité clinique des malades du COVID-19 afin d’aider les médecins à déterminer quels patients ont réellement besoin de lits dans les hôpitaux et ceux qui peuvent rentrer chez eux.

Déterminé et engagé, le chercheur marocain post-doctoral à la Harvard Medical School Tariq Daouda s’est appuyé sur une partie des travaux qu’il a réalisés auparavant dans le cadre de ses études doctorales à l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie de l’Université de Montréal dans le but de concevoir un nouvel outil IA qui permettra d’accélérer significativement la découverte d’un vaccin en diminuant considérablement la phase des essais cliniques.

De son côté, le Maroc a mis à la disposition du ministère de la Santé la plateforme Wraqi depuis le 23 mars 2020, afin de permettre une meilleure gestion de l’évolution de la pandémie dans le Royaume.

Cette plateforme innovante, créée avec pour objectif d’offrir des services administratifs aux citoyens marocains, permet aujourd’hui de générer des tableaux de bords prévisionnels utilisant l’intelligence artificielle et offre à tout citoyen la possibilité de renseigner une fiche d’auto-évaluation de sa santé qui est renvoyée au ministère de la Santé.

C’est en capitalisant sur le travail effectué pendant plusieurs années par différents acteurs, et en faisant preuve d’agilité et de réactivité que cette plateforme citoyenne a pu être redéployée en un temps record au service du Maroc et de ses citoyens, contribuant ainsi, à sa modeste échelle, à la gestion de cette crise du Covid-19 au niveau du Royaume, avait affirmé un communiqué de “Marita Group”.

Dans un document intitulé “Déclaration de l’Académie Hassan II des sciences et techniques relative aux conditions de déconfinement”, l’Académie avait, de son côté, mis l’accent sur le rôle de l’utilisation des moyens numériques et les possibilités qu’offre l’intelligence artificielle dans la détection et l’identification de toutes les personnes contacts dans le respect total de l’anonymat et des libertés individuelles que la Constitution assure à tout citoyen, ainsi que le respect des données personnelles que la loi garantit.

Bouton retour en haut de la page
Fermer