La Banque islamique de développement (BID) a mis l’accent sur l’expérience du Maroc en tant que “bon exemple” de la volonté politique de promouvoir la coopération Sud-Sud et triangulaire.

Dans un rapport publié récemment, la BID a noté que la coopération Sud-Sud est au centre de la politique étrangère du Maroc, soulignant que l’engagement politique du Royaume à cet égard se reflète dans le volume de sa coopération commerciale avec les pays africains, qui a quadruplé au cours de la dernière décennie.

Selon le rapport, l’intérêt porté par le Maroc pour la coopération Sud-Sud se reflète dans un certain nombre d’initiatives, notamment la mise en place d’un réseau d’acteurs de la coopération Sud-Sud et triangulaire au niveau national des pays partenaires, rappelant l’accueil par le Royaume en décembre 2018 d’une conférence intergouvernementale pour adopter le Pacte mondial pour la migration et l’élection du Maroc en tant que membre du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine.

Et de souligner que le système marocain de coopération présente deux avantages, à savoir une volonté politique forte et l’adoption d’approches globales et efficaces, mettant l’accent sur la création de l’Agence marocaine de coopération internationale pour promouvoir la coopération Sud-Sud en 1986.

Le rapport a également évoqué le rôle historique joué par le Maroc dans le soutien à l’intégration africaine, rappelant à cet égard l’appel du feu SM le Roi Mohammed V à la Conférence de Casablanca de 1960, qui a constitué une étape importante dans la création de l’Organisation de l’unité africaine.

Il a souligné que le Maroc a joué également un rôle clé dans la future intégration de l’Afrique, qui a servi de catalyseur à l’intégration par le Royaume du principe de la coopération Sud-Sud dans ses stratégies de politique étrangère, notamment en ce qui concerne l’intégration africaine.

Le rapport note que l’engagement du Maroc en faveur de la coopération Sud-Sud a été renforcé davantage sous l’impulsion de SM le Roi Mohammed VI, qui a fait de cette coopération un pilier majeur de la politique étrangère du Maroc, ajoutant que le Souverain a promis une solidarité effective pour l’Afrique subsaharienne.

Le rapport consacre une place importante au rôle de l’Agence marocaine pour la coopération internationale dans la promotion de la coopération Sud-Sud, pour s’imposer comme un partenaire fiable dans la mise en œuvre des projets d’assistance technique, notamment en ce qui concerne l’harmonisation des compétences et des demandes de projets, la mobilisation de ressources financières, la facilitation de la délivrance des visas et les affaires étrangères connexes.

Selon le rapport, la coopération Sud-Sud est fortement présente dans les instances décisionnelles marocaines en affectant chaque ministère à une unité de coopération Sud-Sud, ainsi que la prise de conscience du secteur privé, des universités, des ONG et des institutions financières de l’importance de cette coopération.

Le document note que le Maroc cherche à développer la coopération entre les peuples en contribuant à l’expansion et au renforcement de la coopération culturelle, scientifique, économique et technique entre le Royaume et les pays avec lesquels il entretient des liens d’amitié et de coopération, soulignant que l’Agence marocaine pour la coopération internationale a mis l’expérience du Maroc dans un certain nombre de domaines à la disposition des pays en développement, notamment l’enseignement supérieur, la formation, l’agriculture, la sécurité alimentaire, le traitement de l’eau, la pêche et la santé.

Et de souligner que les programmes de bourses d’études et d’enseignement offerts par le Maroc, en particulier pour les étudiants africains, constituent le pilier le plus important de cette coopération.

Selon la même source, au cours de l’année universitaire 2016/2017, le Maroc a formé plus de 11.000 étudiants et a octroyé des bourses à plus de 25.000 étudiants africains au cours des 15 dernières années.

Et de conclure que chaque année, le Royaume propose des programmes de formation pour partager son expérience et son savoir-faire avec les pays du Sud.

Bouton retour en haut de la page
Fermer