L’exécutif canadien a survécu, mercredi, à un vote de confiance suite au rejet de la motion du parti conservateur visant à enquêter sur l’affaire We Charity, à l’origine d’un scandale ayant secoué le cabinet minoritaire de Justin Trudeau.

La motion a été rejetée au parlement par 180 voix, contre 146. Le Nouveau Parti démocratique, le parti Vert et les indépendants ont joint leurs voix aux libéraux, évitant ainsi le déclenchement d’élections fédérales anticipées.

“Les conservateurs ont choisi de mettre de l’avant une motion qui établit clairement qu’ils n’ont plus confiance dans ce gouvernement. Alors les partis d’opposition auront un choix à faire”, avait déclaré mardi M. Trudeau lors d’un point de presse.

Quelques heures avant le vote, le chef du NPD Jagmeet Singh a affirmé qu’il ne comptait pas “donner aux libéraux une excuse pour déclencher des élections”.

“Pendant que le Premier ministre parle d’une élection, Monsieur ou Madame Tout-le-monde parlent de leurs inquiétudes. Ils ont peur pour leur avenir, pour leurs enfants, pour leurs proches dans les centres de soins de longue durée. Les petites entreprises ont peur de fermer leurs portes”, a-t-il dit.

Le comité parlementaire exigé par les conservateurs devait enquêter sur le choix fait par le gouvernement libéral de confier à l’organisation WE Charity pour gérer un programme de subventions de plusieurs millions de dollars pour le bénévolat étudiant.

Le programme a été abandonné en raison des liens étroits de WE Charity avec les familles Trudeau et de son ex-ministre des Finances Bill Morneau.

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer