Environ 70% des Espagnols (32 millions de personnes) entament ce lundi la 2è phase du plan de déconfinement, tandis que 15 millions autres restent en 1ère phase.

Les habitants des provinces de Bierzo (région Castille et Léon), Albacete, Ciudad Real et Tolède (Castille-La Manche), Grenade et Malaga (Andalousie), Totana (Murcie), la Communauté autonome de Valence, et de la zone sanitaire de la Catalogne centrale, Gérone, El Alto Penedés et Garraf (Catalogne) viennent ainsi rejoindre ceux des provinces d’Almería, Cordoue, Cadix, Huelva, Jaén et Séville (région d’Andalousie),et de Huesca, Saragosse et Teruel (Aragón) qui ont commencé la semaine dernière la 2ème phase de la désescalade vers la nouvelle normalité.

A ceux-ci s’ajoutent les résidents des Communautés des Asturies et de Cantabrie, les îles de Ibiza, Menorque et de Majorque (Baléares), Tenerife, Grande Canarie, Lanzarote, Fuerteventura et La Palma (Canaries), les provinces de Guadalajara et de Cuenca (région de Castilla-La Manche), Cáceres et Badajoz (Estrémadure), Lugo, La Corogne, Orense et Pontevedra (Galice), Guipúzcoa, Vizcaya et Álava (Pays basque), ainsi que des communautés autonomes de Murcie, Navarre et La Rioja qui se trouvent déjà en phase II du déconfinement depuis le 25 mai.

Concernant les 45.000 habitants des îles de Formentera aux Baléares, et la Graciosa, La Gomera et El Hierro aux Canaries, ils entament ce lundi la 3è phase du déconfinement, qui doit s’étaler jusqu’à fin juin.

Pour les quinze millions autres Espagnols, notamment ceux qui résident dans la communauté autonome de Madrid, à Barcelone et dans la région de Castille et Léon, ils restent eux dans la 1ère phase de désescalade.

Le ministre de la Santé, Salvador Illa, avait souligné que cette décision a été prise en coordination avec les communautés autonomes concernées qui ont demandé de passer à l’étape suivante de la désescalade, pour permettre un assouplissement des mesures imposées par l’état d’alerte.

M. Illa a précisé que les décisions sont prises sur la base d’une analyse quantitative et qualitative conjointe des différents paramètres retenus, appelant à la prudence et à la responsabilité pour éviter toute résurgence du virus.

Lors de la 1ère phase dite “initiale” du plan de déconfinement, les petits commerces peuvent recevoir les clients sans rendez-vous préalable, tandis que les terrasses de restaurants et de cafés sont autorisés à rouvrir avec une fréquentation limitée à 50%, et les réunions familiales ou entre amis d’un maximum de dix personnes sont permises.

Les hôtels et les appartements touristiques sont eux aussi autorisés à rouvrir mais sans espaces communs où pourraient se regrouper les clients, tandis que les lieux de culte peuvent rouvrir, mais avec une capacité d’accueil limitée à un tiers de leur capacité habituelle.

La 2è phase du déconfinement autorise notamment la réouverture de l’espace intérieur des restaurants, mais avec une fréquentation limitée à un tiers, l’ouverture des cinémas et des théâtres avec une capacité d’accueil limitée à 30%, ainsi que la réouverture des lieux de culte avec une capacité limitée à 50%, tandis qua la 3è étape dite “avancée” permet la réouverture de tous les commerces, dont les centres commerciaux, mais avec une capacité d’accueil limitée à 50%, l’assouplissement des capacités d’accueil dans les restaurants et la flexibilisation de la mobilité générale et la réouverture des plages.

Le plan de déconfinement “progressif” de l’Espagne, entamé le 4 mai, comporte quatre phases, qui sont déclinées à des rythmes différents dans chaque région en fonction de l’évolution de l’épidémie.

L’Espagne est entrée le 14 mai dans son troisième mois de confinement prévu jusqu’au 7 juin.

Le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a annoncé, dimanche, que son exécutif envisage de prolonger l’état d’alerte de quinze jours supplémentaires, soit jusqu’au 21 juin, afin de poursuivre la lutte contre la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19).

Cette “dernière” demande de prolongation de l’état d’alerte sera adoptée mardi par le Conseil des ministres, avant qu’elle soit soumise le lendemain au Congrès des députés (Chambre basse du Parlement) pour approbation.

Selon le dernier bilan donné la veille par le ministère de la Santé, l’Espagne compte 239.429 cas confirmés au Covid-19, dont 27.127 décès.

Bouton retour en haut de la page
Fermer