Les forces de sécurité afghanes ont chassé les combattants talibans de Kunduz au lendemain de leur offensive sur cette ville du nord, a annoncé une source officielle.

Les rebelles avaient lancé leurs forces depuis plusieurs directions dans la nuit de vendredi à samedi pour tenter de s’emparer de cette ville stratégique située près de la frontière tadjike.

Des combats s’y sont déroulés samedi, au cours desquels l’armée afghane a bénéficié d’un soutien aérien américain, a indiqué le porte-parole du ministère de l’Intérieur Nasrat Rahimi.

“La ville de Kunduz a été nettoyée, les talibans repoussés des zones qu’ils avaient prises”, a-t-il dit, précisant que “la situation en ville est revenue à la normale”.

Toutefois, le porte-parole des talibans Zabihullah Mujahid a contesté cette information, faisant savoir que les insurgés gardaient leurs positions.

“La propagande de l’ennemi selon laquelle les moudjahidines ont été chassés ou tués est fausse”, a-t-il dit dans une déclaration à la presse.

Cette offensive a été lancée alors que les insurgés et les États-Unis négociaient à Doha les contours d’un futur accord de paix qui pourrait se traduire par une forte réduction de la présence militaire américaine en Afghanistan en échange de garanties en matière de contre-terrorisme.

Tôt dimanche, l’émissaire américain Zalmay Khalilzad a affirmé sur Twitter que les deux parties étaient “sur le point de conclure un accord qui réduira la violence et ouvrira la voie aux Afghans pour s’asseoir ensemble pour négocier une paix honorable et durable”.

Les talibans s’étaient brièvement emparés de Kunduz en septembre 2015, avant d’en être chassés grâce notamment à un important soutien aérien américain.

Alors que les combats faisaient rage, un avion de l’armée de l’air américaine avait bombardé l’hôpital de Médecins sans frontières (MSF) de Kunduz, faisant 42 morts, dont 24 patients et 14 membres du personnel de l’ONG.

Les insurgés ont mené plusieurs autres tentatives depuis mais n’ont pas réussi à s’emparer à nouveau de la ville dans son ensemble.

Bouton retour en haut de la page
Fermer