Les réseaux sociaux sont les canaux les plus utilisés pour suivre les cours à distance pour 40% des ménages avec des enfants au primaire, 44% au collège et 46% au secondaire, selon le Haut-commissariat au plan (HCP).

Ces réseaux sont plus utilisés dans le privé avec 65% (primaire), 61% (collégial) et 48% (secondaire), selon les résultats d’une enquête menée entre le 14 et le 23 avril dernier par le HCP pour appréhender l’impact du coronavirus sur la situation économique, sociale et psychologique des ménages.

Les chaînes nationales de télévision viennent en deuxième position avec 39% pour le primaire, 29% pour le collégial et notamment en milieu rural, respectivement 63% et 44%, d’après l’enquête, relevant que le recours aux plateformes numériques mises en place par le ministère de l’Education Nationale croît avec le niveau scolaire, avec 9% pour le primaire, 20% pour le collège et 30% pour le secondaire.

De même, les plateformes instaurées par les établissements d’enseignement privé sont utilisées par 27% des ménages ayant des enfants au primaire, 34% au collège et 52% au secondaire. Celles créées par les établissements d’enseignement supérieur sont utilisées par 37%.

Près de la moitié des scolarisés dans les cycles primaire, collégial et secondaire affichent une motivation et un intérêt pour l’enseignement à distance, alors que 30% sont, plutôt, gênés et perturbés par ce type d’enseignement, selon la même source.

S’agissant du niveau de satisfaction des ménages des canaux de formation à distance, sept ménages sur dix sont moyennement ou pas du tout satisfaits du canal utilisé par ses membres scolarisés pour les trois premiers cycles de l’enseignement général, alors que cette proportion est de 59% pour le cycle supérieur.

Par ailleurs, 39% des ménages avec enfants au primaire regrettent le manque d’interactivité avec le corps enseignant comme principale raison d’insatisfaction, 35% au collège, 43% au secondaire et 29% au supérieur. Le manque ou insuffisance de supports numériques nécessaires vient en deuxième position avec 23% au primaire, 28% au collège, 24% au secondaire et 16% au supérieur.

L’enquête révèle également que 75% des parents assistent leurs enfants scolarisés au primaire, 36% d’une façon régulière, notant que ces pourcentages sont respectivement de 81% et 44% en milieu urbain, de 64% et 20% en milieu rural, de 84% et 60% dans le secteur d’enseignement privé et de 71% et 31% dans le secteur public.

En revanche, 25% des ménages n’assistent pas leurs enfants au primaire, une proportion qui atteint 67% parmi les ménages dirigés par une personne sans niveau scolaire.

L’enquête sur “l’impact du coronavirus sur la situation économique, sociale et psychologique des ménages”a permis de suivre l’adaptation du mode de vie des ménages sous la contrainte du confinement. Elle a ciblé un échantillon de 2.350 ménages représentatif des différentes couches socio-économiques de la population marocaine selon le milieu de résidence, urbain et rural.

Cette enquête a pour objectif d’appréhender, notamment, le niveau d’effectivité du confinement, les connaissances des ménages relatives au Covid-19, les actions prophylactiques, l’approvisionnement domestique en produits de consommation et d’hygiène, les sources de revenu en situation de confinement, l’accès à l’enseignement, l’accès aux services de santé et les réactions psychologiques.

Compte tenu des circonstances du confinement et de l’état d’urgence sanitaire, elle a été réalisée par voie téléphonique en utilisant la méthode de collecte assistée par tablettes.

Bouton retour en haut de la page
Fermer