Conformément aux Hautes Orientations Royales, le Projet de la Loi de Finances pour l’année 2021 amorcera la mise en œuvre des grands chantiers de réforme et de développement, initiés dans les Discours de Sa Majesté le Roi, prononcés à l’occasion de la Fête du Trône et de l’ouverture de la 1ère session de la 5ème année législative de la 10ème législature, et ce, en se référant aux axes prioritaires suivants :

– L’accélération de la mise en œuvre du plan de relance de l’économie nationale , à travers la mobilisation de tous les moyens disponibles en termes de financements, de dispositifs d’incitation et de mesures de solidarité. Pour cela, le Gouvernement procèdera à:

– L’opérationnalisation du “Fonds Mohammed VI pour l’investissement”, en application des Hautes Orientations Royales. Ce fonds bénéficiera d’une enveloppe globale de 45 milliards de dirhams (MMDH) qui sera injectée dans l’économie nationale et sera doté de la personnalité morale.

– La poursuite du soutien à l’investissement public pour l’accompagnement des différentes stratégies sectorielles et des chantiers d’infrastructures en cours d’exécution, en veillant à l’évaluation de la performance des stratégies arrivant à échéance et ce, dans le but de consolider les acquis réalisés et de préparer une nouvelle génération de grands plans sectoriels, cohérents et harmonieux.

– La mise en place de mécanismes nécessaires pour la promotion de l’investissement privé national et étranger, à travers la poursuite de la mise en œuvre des réformes institutionnelles visant à améliorer le climat des affaires, essentiellement la nouvelle charte d’investissement et la réforme des Centres régionaux d’investissement (CRI) en vue de leur accorder les attributions nécessaires pour accomplir leur rôle dans la promotion de l’investissement régional et la création de l’emploi.

– L’accélération de la mise en œuvre de la loi relative à la transformation de la Caisse centrale de garantie (CCG) en société anonyme dénommée la “Société Nationale de Garantie et de Financement de l’Entreprise” et ce, en vue de renforcer la soutenabilité du système de garantie et d’élargir ses missions en matière d’accompagnement des entreprises du secteur privé, notamment les très petites, petites et moyennes entreprises, et des entreprises publiques pour l’accès aux financement.

– La redynamisation du programme “Intelaka” en concertation avec tous les partenaires afin de permettre aux jeunes d’accéder aux sources de financement adaptées à leurs besoins et aspirations en matière de création et de développement d’entreprises.

Le lancement de la première phase de la généralisation de la couverture sociale, à travers:

– La généralisation progressive de l’Assurance maladie obligatoire (AMO), sur une période de deux ans (2021-2022) dans une première phase, avant d’étendre la couverture sociale aux allocations familiales, à la retraite et à l’indemnité pour perte d’emploi et ce, sur les cinq prochaines années.

– La réforme des systèmes et programmes sociaux existants et l’amélioration de leur gouvernance, pour rehausser leur impact direct sur les bénéficiaires à travers, notamment, la mise en place du Registre Social Unifié.

– La consolidation et le renforcement du système national de santé, à travers l’extension et la mise à niveau de l’offre de soins hospitalière et la facilitation de l’accès des citoyens aux soins de santé de manière équitable, la mobilisation de ressources humaines et financières additionnelles à travers le recours aux mécanismes de financement innovants et la diversification de ses sources, l’amélioration de l’efficacité et de l’efficience des dépenses de santé et l’amélioration de la gouvernance du système de santé.

Parallèlement à ces actions, le Gouvernement poursuivra la mise en œuvre des autres politiques sociales, notamment:

– La poursuite de la mise en œuvre des dispositions de la loi-cadre n°51-17 relative au système de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique , à travers la poursuite de la généralisation progressive de l’enseignement préscolaire, le renforcement de l’appui social aux élèves et aux étudiants, le développement de l’offre scolaire et universitaire, ainsi que la mise en œuvre de la nouvelle feuille de route pour le développement de la formation professionnelle et la promotion de la recherche scientifique.

– L’accompagnement de la 3ème phase de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) , pour le rattrapage des déficits en infrastructures et services de base, l’accompagnement des personnes en situation de précarité, l’amélioration du revenu et l’inclusion économique des jeunes et l’impulsion du capital humain des générations montantes.

– La poursuite du Programme de réduction des disparités territoriales et sociales en milieu rural , élaboré sur Hautes instructions Royales pour une enveloppe de 50 MMDH, sur la base du plan d’action de l’année 2021 qui sera proposé par les Commissions régionales de développement de l’espace rural et des zones de montagne et validé par la Commission nationale du développement de l’espace rural et des zones de montagne lors des réunions qui se tiendront à la fin de l’année 2020.

– Le renforcement des bases de l’exemplarité de l’État et l’optimisation de son fonctionnement, il s’agit notamment de la réforme profonde du secteur public et le redressement des dysfonctionnements structurels des établissements et entreprises publics, et de l’accompagnement de la dynamique de la réforme de l’Administration pour assurer une réactivité rapide et une efficacité optimale dans la prise de décision et amorcer une véritable rupture avec les modes de gestion entravant sa modernisation et son développement.

Bouton retour en haut de la page
Fermer