Le négociateur en chef de l’Union européenne (UE) sur le Brexit, Michel Barnier, a dit vendredi regretter le “manque d’engagement” du Royaume-Uni sur plusieurs points fondamentaux dans les négociations post-Brexit.

“Je regrette que le Royaume-Uni n’ait pas voulu s’engager sérieusement sur un certain nombre de points fondamentaux”, a déclaré M. Barnier à l’issue du deuxième round des discussions entre l’UE et le Royaume-Uni sur leur relation future, tenu cette semaine par vidéoconférence.

Le négociateur européen a déploré que “cette semaine, l’objectif d’avancer sur tous les sujets en parallèle n’a été atteint que très partiellement”.

“Nous avons besoin de progrès tangibles avant le mois de juin, si nous voulons trouver à la fin de l’année un accord à la hauteur de notre interdépendance économique et de notre proximité géographique”, a insisté M. Barnier, soulignant qu’il faut dépasser le stade des clarifications et “provoquer avec plus de dynamisme politique des propositions qui construiront des compromis”.

Le gouvernement britannique “nous a indiqué qu’il refuserait toute prolongation de la période de transition” prévue jusqu’à fin décembre 2020, a relevé le négociateur européen, affirmant que “le temps presse” pour parvenir à un accord sur le partenariat futur entre Londres et Bruxelles.

“Nous avons seulement huit mois pour mener trois chantiers: Nous assurer de la bonne mise en œuvre de l’accord de retrait; nous préparer aux conséquences économiques négatives à la fin de la période de transition et négocier un futur partenariat entre l’Union européenne et le Royaume-Uni, qui permettrait de limiter ces conséquences négatives”, a-t-il détaillé.

“Le Royaume-Uni ne peut pas refuser de prolonger la période de transition du Brexit et dans le même temps ralentir le rythme des discussions sur des sujets très importants”, a-t-il ajouté.

Ce deuxième round de négociations post-Brexit a eu lieu près d’un mois après la date prévue, les deux parties, dirigées par Michel Barnier côté européen, et David Frost côté britannique, devant se retrouver à Londres à partir du 18 mars pour ce nouveau cycle de pourparlers qui a été finalement annulé à cause du coronavirus.

M. Barnier, qui avait annoncé la semaine dernière la reprise des négociations post-Brexit, venait de reprendre son travail après s’être rétabli du coronavirus. Son homologue britannique David Frost, avait lui aussi annoncé auparavant avoir eu des symptômes de la maladie avant de se mettre en quarantaine.

Au cours de cette nouvelle semaine de discussions, les négociateurs européen et britannique se sont penchés sur un certain nombre de dossiers cruciaux, notamment le commerce des biens et services, la pêche, la concurrence équitable, le transport, ainsi que la coopération en matière de justice et de lutte contre le crime.

Bouton retour en haut de la page
Fermer