L’épidémie de coronavirus a provoqué lundi un nouvel effondrement des marchés boursiers de Hong Kong à Londres et aggravé les menaces sur les économies européennes, inquiètes de voir le virus, qui paralyse déjà une partie de l’Italie et de la Chine, continuer de se propager à travers le monde.

La Bourse de Hong Kong a clôturé sur un plongeon de plus de 4%, à l’unisson des grandes places asiatiques, dans des marchés affolés par l’accélération de l’épidémie et le décrochage des prix du pétrole.

En Europe, la Bourse de Londres s’est effondrée de plus de 8% à l’ouverture, celle de Paris perdant 5,7%, Francfort 7,4% et Madrid près de 7%. Milan, située dans la région d’Italie la plus frappée et où des mesures drastiques de confinement ont été prises, a dévissé d’un peu plus de 8%, après d’autres séances de lourdes pertes.

En France l’impact sur l’économie devrait être de plusieurs dixièmes de points de PIB, selon le ministre de l’Economie Bruno Le Maire.

Le gouvernement allemand a annoncé de son côté un paquet de mesures destinées à contrer l’impact économique de l’épidémie.

La Banque centrale européenne pourrait déployer jeudi un éventail de mesures de soutien dans la zone euro, inédites pour certaines.

Depuis l’apparition du nouveau coronavirus en décembre dernier, 109.946 cas d’infection ont été recensés dans 99 pays et territoires, causant la mort de 3.819 personnes.

On décompte près d’un millier de nouvelles contaminations et 27 nouveaux décès depuis la veille à 17h00 GMT

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer