La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a annoncé le lancement d’une enquête formelle sur la destitution (impeachment) du président Donald Trump à la suite d’informations selon lesquelles il aurait suspendu l’aide militaire à l’Ukraine avant un appel téléphonique avec le président de ce pays.

“Aujourd’hui, j’annonce que la Chambre des représentants ouvre une enquête officielle en vue d’une procédure de destitution”, a déclaré Mme Pelosi lors d’une allocution télévisée en direct, ajoutant que “les actes du président jusqu’à ce jour ont violé la Constitution”.

L’annonce de Pelosi intervient à la suite d’une réunion avec tous les membres démocrates de la Chambre des représentants pour discuter de l’affaire ukrainienne et des appels croissants des démocrates à ouvrir la procédure de destitution de M. Trump de ses fonctions.

Mme Pelosi avait jusqu’ici été réticente à la procédure de destitution, affirmant qu’elle préférerait vaincre M. Trump aux urnes en 2020.

Les démocrates envisagent de voter mercredi sur une résolution condamnant le blocage d’une plainte d’un lanceur d’alerte concernant M. Trump, impliquant entre autres un appel téléphonique en juillet entre le président et son homologue ukrainien.

M. Trump a demandé à son chef de cabinet par intérim de suspendre 391 millions de dollars d’aide militaire à l’Ukraine plus d’une semaine avant un appel téléphonique en juillet dans lequel le président avait exhorté son homologue ukrainien à enquêter sur Hunter Biden, fils de l’ancien vice-président et concurrent éventuel pour 2020, Joe Biden, selon des médias américains.

Mais M. Trump a suggéré qu’il avait évoqué Biden lors de l’appel et a déclaré plus tard avoir approuvé la publication mercredi d’une transcription du texte de cet appel. Mais les démocrates sont également à l’affût de détails sur la plainte complète du lanceur d’alerte.

Mme Pelosi a déclaré que si l’administration empêchait la transmission du rapport sur la dénonciation au Congrès, cela constituerait une violation de la loi.

La procédure lancée par les démocrates a toutefois peu de chances d’aboutir à la destitution du président américain du fait que les républicaine détiennent la majorité au Sénat.

Bouton retour en haut de la page
Fermer