Le Haras national de Marrakech a abrité, jeudi, le Concours interrégional d’élevage des chevaux Arabe-Barbe, visant à sélectionner les meilleurs chevaux qui vont participer à la finale prévue, le 14 septembre, lors du meeting national du Barbe et de l’Arabe-Barbe au Haras national de Meknès.

Initiée par la Société Royale d’Encouragement du Cheval (SOREC), cette manifestation a connu la participation de 121 chevaux qualifiés à l’issue des concours régionaux organisés à Echemaïa, Sebt Gzoula, El Jadida, Bouznika et Agadir, a fait savoir le directeur du Haras National de Marrakech, Abdellah Ouardouzi.

Dans une déclaration à la MAP, il a expliqué que ces concours interrégionaux permettent de valoriser et de faire la lumière sur les meilleurs modèles de reproduction de cette race et de sensibiliser et orienter les éleveurs en matière de bonnes pratiques d’élevage afin de leur permettre de mieux accompagner la stratégie de la SOREC visant la promotion de cette race équine.

Ce concours interrégional a été ouvert aux catégories : poulinières suitées de 4 ans à 8 ans, poulinières suitées de 9 ans et plus, poulinières non suitées de 4 ans à 8 ans, poulinières non suitées de 9 ans et plus, pouliches de 3 ans, pouliches de 2 ans, étalons approuvés de 4 à 8 ans, étalons approuvés de 9 ans et plus, poulains de 3 ans et poulains de 2 ans.

Les trois meilleurs chevaux dans chaque catégorie seront qualifiés à la finale prévue au Haras National de Meknès, a précisé M. Ouardouzi.

A l’issue des différentes compétitions, des prix et des trophées de mérite ont été remis aux vainqueurs en vue d’encourager l’élevage de cette race.

A noter que le premier concours interrégional réservé à la zone nord a eu lieu, mardi, au Haras National de Meknès.

Organisés chaque année, ces concours interrégionaux constituent deux “moments forts” du calendrier équin et servent à “mettre en valeur les meilleurs chevaux du Royaume, identifier les reproducteurs et sensibiliser les éleveurs aux meilleures pratiques d’élevage”, indique un communiqué de la SOREC.

Ces compétitions constituent, en outre, “une plate-forme d’échange et de partage entre les acteurs de la filière et les passionnés de chevaux”.

La finale de ce concours, qui aura lieu le 14 septembre, sera suivie du championnat national (15 septembre) et ce, à l’occasion de la troisième édition du Meeting National du Barbe et de l’Arabe-Barbe (13-15 septembre à Meknès).

“Emblèmes de l’élevage équin au Maroc, le Barbe et l’Arabe-Barbe symbolisent les origines arabo-berbères du pays et occupent une place à part dans le cœur des Marocains”, selon la même source.

Apparu en Afrique du Nord il y a plus de 3.000 ans, le Barbe est un cheval de race pure, à l’origine de la création de plusieurs races emblématiques. Compagnon traditionnel des nomades et des éleveurs, ce cheval est idéal pour les activités sportives modernes tels que l’apprentissage de l’équitation, l’art équestre, l’endurance, les randonnées et le tourisme équestres.

Croisement entre le Pur-Sang Arabe et le Barbe, l’Arabe-Barbe est réputé, quant à lui, pour sa robustesse, sa hauteur et sa rapidité sur de courtes distances. C’est le cheval de selle par excellence au Maroc. Il est particulièrement apprécié des cavaliers de Tbourida.

Conformément à la Stratégie Nationale de la Filière Équine, la SOREC mène “une politique dynamique” qui consacre les Barbe et Arabe-Barbe comme les chevaux emblématiques du Maroc. “C’est dans ce cadre que la SOREC mène un travail continu de sauvegarde et de promotion du patrimoine génétique des deux races”, souligne le communiqué.

Bouton retour en haut de la page
Fermer