La ministre de l’Aménagement du territoire, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, Nezha Bouchareb, a insisté mardi à Rabat sur le rôle stratégique du Programme national pour le développement intégré des Centres ruraux émergents en tant que catalyseurs pour la résorption des dysfonctionnements et des disparités entre les villes et les campagnes.

Intervenant lors de la réunion de la commission de l’intérieur, des collectivités territoriales, de l’habitat et de la politique de la ville à la Chambre des représentants, Mme Bouchareb a souligné l’importance de ce programme dans l’encadrement et le développement des espaces ruraux en vue d’améliorer les conditions de vie de la population rurale, à travers le renforcement des prestations liées à l’amélioration de la qualité de l’enseignement, aux services médicaux, au désenclavement et à la diversification des activités économiques, à la promotion de l’attractivité du monde rural et à la valorisation du patrimoine naturel et culturel.

Elle a expliqué, à cet égard, que l’élaboration d’un tel programme s’est déroulée sur la base d’un diagnostic territorial, de la détermination des catégories des centres ruraux émergents et de la mise en place d’une carte nationale selon des mesures précises, sans oublier l’élaboration de plans d’action participative sous forme de projets territoriaux susceptibles de répondre aux besoins de chaque centre compte tenu de ses spécificités locales.

La ministre a également mis en évidence la contribution de son département à l’aménagement et au développement des espaces ruraux grâce à une série d’interventions relatives à la planification stratégique et urbanistique, en vue de couvrir tous les centres et territoires ruraux de documents d’urbanisation afin d’en favoriser le développement et la dynamique socio-économique.

En outre, le département de l’Aménagement du territoire a œuvré en faveur de l’établissement d’un nouveau système de planification urbanistique fondé sur la révision des référentiels adoptés en la matière et pour la réalisation des cartes d’aptitude à l’urbanisation, outre la prise d’autres mesures pour l’encadrement de l’urbanisation et de l’habitat en milieu rural, liées notamment à la couverture du milieu rural par des documents d’urbanisme dont le taux a atteint 83% et la mise en place d’un programme d’assistance architecturale et technique gratuite, a-t-elle ajouté.

Dans le domaine de l’habitat en milieu rural, Mme Bouchareb a précisé que l’objectif consiste à faciliter l’accès à l’habitat et à encourager l’investissement dans ce domaine, en particulier en faveur des PME, relevant que la mise en œuvre de la régionalisation avancée et la poursuite des réformes et des chantiers ambitieux sont des leviers indéniables pour la réalisation du développement durable.

Bouton retour en haut de la page
Fermer