L’entrepreneuriat féminin constitue un levier essentiel dans la promotion de l’autonomisation des femmes, a indiqué, jeudi, la ministre de la Solidarité, du Développement social, de l’Égalité et de la famille, Jamila El Moussali.

Intervenant lors d’un webinaire organisé par la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Mme El Moussali, a souligné, dans une allocution lue en son nom par la directrice de la femme au sein du ministère, Fatima Barkan, que le processus engagé par le Royaume pour la réalisation de l’égalité entre les sexes favorise une implication accrue de la femme dans le développement socio-économique.

Elle a relevé dans ce sens que la crise sanitaire a mis en avant l’importance du rôle que joue la femme et sa contribution dans le combat face à la pandémie du Coronavirus (Covid-19), mettant l’accent sur les projets importants sur lesquels le Royaume a œuvré durant la dernière décennie dans le domaine de l’autonomisation de la femme dont le Plan gouvernemental pour l’égalité.

Ainsi, la responsable n’a pas manqué d’évoquer le programme “Tamkine”, qui s’assigne pour finalité la réalisation de trois objectifs stratégiques à l’horizon 2030, conformément aux Objectifs du développement durable, qui visent à atteindre 30% du taux d’emploi des femmes, contre 19% cette année (2020), à multiplier le pourcentage des femmes diplômées de l’enseignement professionnel pour atteindre 8%, et à promouvoir un environnement approprié et durable pour l’autonomisation économique des femmes.

De son côté, le président de la CGEM de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Adil Rais a indiqué que la crise de la Covid-19 a amplifié les obstacles structurels auxquels font face les femmes, notant que seulement 15% des projets ont été attribués aux femmes de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima dans le cadre du programme Intelaka.

“Malgré l’existence de divers nouveaux projets, la part des femmes demeurent marginale”, a relevé M. Rais, appelant à davantage d’engagement de la part des responsables d’entreprises et des organisations professionnelles pour une évolution réelle.

Pour sa part, le président de l’Université Abdelmalek Essaâdi, Bouchta El Moumni a fait savoir que le taux des femmes leader et cheffes d’entreprises reste faible malgré les efforts déployés, rappelant que SM le Roi Mohammed VI a œuvré pour la mise en place d’un arsenal juridique nécessaire pour la valorisation et la préservation des droits des femmes du Royaume.

Il a mis en avant l’engagement de l’université dans l’accompagnement de cette dynamique visant l’intégration de la femme universitaire dans le but de jouer pleinement son rôle et contribuer aux côtés de l’homme dans le développement du pays.

Organisé en partenariat avec le ministère de la Solidarité, du Développement social, de l’Égalité et de la famille, l’Association des femmes chefs d’entreprises du Maroc (Afem Nord) et l’Université Abdelmalek Essaâdi, ce webinaire vise à dresser le bilan de la situation des femmes entrepreneures à l’ère de la pandémie, d’échanger autour des approches de relance pour soutenir durablement l’entreprenariat féminin et de jeter la lumière sur les différents défis à relever.

Bouton retour en haut de la page
Fermer