Le Parti serbe du progrès (SNS, centre droit) du président Aleksandar Vucic sort largement victorieux des élections législatives de dimanche, boycottées par une bonne partie de l’opposition.

Selon les projections de l’organisme indépendant Cesid et de l’institut Ipsos, le Parti progressiste serbe (SNS) remporte 62,4 % des voix, tandis que le Parti socialiste, son partenaire de la coalition dans le gouvernement sortant, arriverait en deuxième position avec 10,7 % des voix.

Lors des précédentes législatives en 2016, les deux formations avaient obtenu respectivement 48,25% et 11% des suffrages.

Le chef de l’Etat a proclamé en fin de soirée une victoire “historique” de son parti.

“Je suis reconnaissant au peuple pour ce soutien historique”, a-t-il lancé devant ses partisans au siège du Parti serbe du progrès (SNS) à Belgrade. “Nous avons gagné partout, nous avons gagné là où nous n’avions jamais gagné”.

Les principaux partis d’opposition ont boycotté le scrutin, au motif que les conditions d’élections libres n’étaient pas réunies. Mais une vingtaine de petites formations se sont présentées.

Malgré leurs appels à rester chez soi et les craintes liées au coronavirus, la participation n’a pas reculé dans des proportions dramatiques, atteignant 50% selon les estimations du SNS.

Environ 6,5 millions d’électeurs, y compris la diaspora, ont été appelés à voter lors de ces premières élections nationales en Europe depuis la pandémie, destinées à renouveler les 250 sièges de l’Assemblée de la Serbie.

Ce scrutin est organisé alors que le pays est à peine sorti du confinement. La Serbie a évité avec quelque 261 morts les scénarios catastrophe vécus ailleurs.

Initialement prévues pour le 26 avril, les élections législatives ont été reportées en raison de la pandémie de COVID-19.

Bouton retour en haut de la page
Fermer