Le secrétaire général de l’Union du Maghreb Arabe (UMA), Taïeb Baccouche, a rendu hommage mercredi à l’engagement résolu de SM le Roi Mohammed VI en faveur de la construction maghrébine.

Les initiatives du Souverain laissent grande ouverte la voie pour surmonter tous les obstacles à l’intégration entre les pays de la région, a-t-il affirmé lors d’une rencontre à Rabat avec le président de la Chambre des représentants Habib El Malki.

Tout en insistant sur le besoin de progresser rapidement en matière d’intégration et d’ouverture des frontières, M. Baccouche a indiqué avoir examiné avec M. El Malki les moyens de favoriser l’édification de l’union maghrébine et les défis à relever.

Cité dans un communiqué de la Chambre, le secrétaire général de l’UMA a souligné que l’entrevue s’inscrit dans les concertations régulières sur l’évolution de la situation à l’échelle régionale, mettant l’accent sur les développements d’ordre politique dans les pays maghrébins et les défis liés à la sécurité et à la lutte contre le terrorisme.

Les enjeux économiques communs requièrent une coordination des positions et des efforts, a estimé M. Baccouche qui a rappelé à cet égard l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange continental africain et ses incidences sur la région maghrébine.

Le président de la Chambre des représentants a, de son côté, réitéré l’engagement fort du Royaume en faveur de l’édification du Grand Maghreb “en tant que choix incontournable des pays et des États de la région”. Les pays membres font face à des défis communs qui nécessitent une coordination accrue et une action collective pour les affronter, a-t-il fait valoir.

L’UMA, a-t-il ajouté, est une revendication historique des peuples de la région, mais aussi une réponse commune au défi de la mondialisation qui exige l’émergence de grands ensembles économiques régionaux.

M. El Malki a en outre affirmé que la promotion de la paix et de la stabilité “ne saurait être menée à bien sans respect de l’intégrité territoriale des États et de l’unité de ses peuples et sans lutte collective contre le terrorisme”.

Bouton retour en haut de la page
Fermer