L’accélération de la mise en œuvre du plan de relance de l’économie nationale pour surmonter les effets économiques de la pandémie constitue une priorité du Projet de la Loi de Finances pour l’année 2021.

La mise en œuvre de ce projet se concrétisera à travers la mobilisation de tous les moyens disponibles en termes de financements, de dispositifs d’incitation et de mesures de solidarité, selon la note de présentation de ce projet de loi.

Ainsi, en application des Hautes Orientations Royales, le “Fonds Mohammed VI pour l’investissement”, sera doté de la personnalité morale et de structures managériales adéquates de manière à ce qu’il s’impose comme un modèle de bonne gouvernance, d’efficience et de transparence, indique la note.

Ce fonds, qui sera doté de 45 milliards de dirhams (MMDH), dont 15 MMDH provenant du budget de l’Etat, constituera un levier incitant les partenaires nationaux et internationaux à accompagner les interventions du fonds et à contribuer au financement des grands projets d’investissement envisagés, précise-t-on.

Ledit plan porte, en outre, sur de la redynamisation du programme “Intelaka” en concertation avec tous les partenaires afin de permettre aux jeunes d’accéder aux sources de financement adaptées à leurs besoins et aspirations en matière de création et de développement d’entreprises.

Selon la même source, ce plan ambitieux de relance économique s’assigne pour objectif de poursuivre le soutien à l’investissement public pour l’accompagnement des différentes stratégies sectorielles et des chantiers d’infrastructures en cours d’exécution, en veillant à l’évaluation de la performance des stratégies arrivant à échéance et ce, dans le but de consolider les acquis réalisés et de préparer une nouvelle génération de grands plans sectoriels, cohérents et harmonieux.

De même, la note fait observer les efforts déployés pour la mise en place de mécanismes nécessaires pour la promotion de l’investissement privé national et étranger, à travers la poursuite de la mise en œuvre des réformes institutionnelles visant à améliorer le climat des affaires, essentiellement la nouvelle charte d’investissement et la réforme des centres régionaux d’investissement (CRI) en vue de leur accorder les attributions nécessaires pour accomplir leur rôle dans la promotion de l’investissement régional et la création de l’emploi.

Il s’agit aussi de l’accélération de la mise en œuvre de la loi relative à la transformation de la Caisse centrale de garantie (CCG) en société anonyme dénommée la “Société Nationale de Garantie et de Financement de l’Entreprise” et ce, en vue de renforcer la soutenabilité du système de garantie et d’élargir ses missions en matière d’accompagnement des entreprises du secteur privé, notamment les très petites, petites et moyennes entreprises, et des entreprises publiques pour l’accès aux financement,

Bouton retour en haut de la page
Fermer