Au lendemain de l’annonce par la Maison Blanche d’un retrait des troupes américaines du nord de la Syrie, le Pentagone a affirmé “ne pas approuver” d’opération turque dans la région.

“Le ministère américain de la Défense a clairement indiqué à la Turquie – à l’instar du président – que nous n’approuvions pas une opération turque dans le nord de la Syrie. Les forces armées américaines ne soutiendront ni ne participeront à une telle opération”, a déclaré l’adjoint du chef du Pentagone chargé des Affaires publiques, Jonathan Hoffman.

“Au cours de conversations entre le Département et l’armée turque, nous avons constamment insisté sur le fait que la coordination et la coopération constituaient la meilleure voie vers la sécurité dans la région”, a-t-il ajouté dans un communiqué., notant que le secrétaire à la Défense Mark Esper et le chef d’état-major de l’armée des Etats-Unis Mark Milley ont rappelé à leurs homologues turcs respectifs qu’une action unilatérale “créait des risques”pour la Turquie.

Comme le président l’a déclaré, la Turquie, avec les nations européennes et d’autres pays, devrait être responsable des milliers de combattants de l’Etat islamique qui avaient été capturés et défaits lors de la campagne menée par les États-Unis, a-t-il ajouté.

Le responsable du Pentagone a également indiqué que les Etats-Unis travailleront avec leurs autres alliés de l’OTAN et partenaires de la coalition pour rappeler à la Turquie “les conséquences déstabilisatrices possibles d’éventuelles actions en Turquie, dans la région et au-delà”.

La Maison Blanche a annoncé dimanche soir le retrait américain de régions syriennes où se trouvent les forces kurdes syriennes, les Unités de protection du peuple (YPG).

Après cette annonce, Ankara a indiqué qu’une opération pourrait intervenir à tout moment, mais le président Trump l’a menacée, lundi, de représailles au cas où elle “dépassait les bornes”.

Bouton retour en haut de la page
Fermer