Le Parlement européen a insisté jeudi sur la nécessité d’intensifier la lutte contre la désinformation dans le contexte de la crise du coronavirus.

“L’épidémie du coronavirus entraîne la diffusion de fausses nouvelles et de désinformation, ce qui entrave les efforts visant à contenir la pandémie”, a souligné le Parlement européen dans un communiqué à l’occasion de Journée internationale du fact-checking, déplorant que “des organisations et des individus exploitent la crise à des fins de manipulation politique ou commerciale, au lieu de soutenir ceux qui sauvent des vies”.

Le Parlement rappelle ainsi les efforts des institutions européennes pour lutter contre les fake-news dans le contexte actuel, notant qu’afin d’étayer les informations factuelles et fiables, une page web conjointe de l’UE a été créée sur la réponse de l’Europe à la pandémie du coronavirus.

Pour la vice-présidente de l’hémicycle européen, Katarina Barley, citée dans le communiqué, “dans une période comme celle que nous traversons, les vies dépendent de la façon dont nous tous écoutons les autorités sanitaires, et la propagation de mensonges ou la remise en question de la vérité deviennent encore plus dangereuses”.

“Il est essentiel que les institutions continuent à coopérer étroitement avec les plateformes en ligne, en les invitant à promouvoir les sources faisant autorité, à rejeter les contenus jugés faux ou trompeurs et à retirer les contenus illégaux ou qui pourraient causer un préjudice physique”, a-t-elle insisté.

Mme Barley a également appelé les citoyens européens à faire particulièrement attention aux tentatives de désinformation en ligne. “Aujourd’hui, en cette journée internationale du fact-checking, nous souhaitons rappeler à tous l’importance de la vérfication des faits. (…) Nous avons le devoir de stopper la propagation de faux conseils et d’histoires manipulatrices”, a-t-elle ajouté.

Bouton retour en haut de la page
Fermer