L’Union européenne (UE) ne devrait pas rester indifférente à la situation des 121 migrants bloqués depuis sept jours en Méditerranée à bord du navire de sauvetage espagnol “Open Arms”, après le refus des autorités maltaises et italiennes de l’accueillir, a affirmé le président du Parlement européen, David Sassoli.

Dans une lettre adressée au président de l’exécutif européen, Jean-Claude Juncker, M. Sassoli a appelé à “une aide d’urgence et une répartition équitable des migrants”, déplorant que “le sort des malheureux sauvés en mer soit exploité à des fins politiques par les gouvernements” et fasse toujours l’objet de désaccords entre eux.

“Je suis conscient que toute réponse à cette demande d’assistance humanitaire doit être volontaire. La situation est grave et appelle une action immédiate, notamment parce que, comme vous le savez intellectuellement et émotionnellement, les pauvres ne peuvent pas attendre”, écrit-il.

Le nouveau président du Parlement européen s’est dit convaincu que la prise de conscience des enjeux dont fait preuve le chef de l’exécutif européen sortant Jean-Claude Juncker et l’engagement de son commissaire chargé des migrations Dimitris Avramopoulos, à aider les réfugiés leur permettront, encore une fois, de faire face à cette situation d’urgence, “en coordonnant une intervention humanitaire rapide et en assurant la répartition équitable des migrants”.

Bouton retour en haut de la page
Fermer