Le ministère des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger veille à une participation marocaine distinguée aux manifestations culturelles et scientifiques au service des intérêts supérieurs du Royaume et de la promotion de la diplomatie parallèle, a affirmé mardi à Rabat la ministre déléguée chargée des MRE Nezha El Ouafi.

En réponse à une question orale sur “le soutien à la diplomatie parallèle, scientifique, culturelle et civile” présentée par le groupe du PAM à la Chambre des représentants, la responsable a souligné qu’un tel appui est le fruit d’un effort de coordination avec les missions diplomatiques et consulaires à l’étranger dans le souci d’accompagner la présence marocaine aux divers rendez-vous à caractère culturel en apportant notamment un soutien logistique ou en facilitant les procédures administratives.

Le département apporte son soutien à d’autres départements et secteurs, plus particulièrement le ministère des Habous et des affaires islamiques et les activités des représentations diplomatiques ainsi que les étudiants étrangers, a-t-elle expliqué, précisant à cet égard que 13.000 étudiants ont bénéficié de l’assistance du ministère au titre de 2018-2019, parmi eux 70% sont originaires de l’Afrique subsaharienne.

En réponse à une autre question orale sous le thème des “initiatives diplomatiques des instances consultatives” du groupe PJD, la ministre a mis en avant les efforts constants du département des Affaires étrangères conformément aux directives Royales et aux priorités nationales, dans le cadre d’une politique de coordination des efforts pour défendre les intérêts du Royaume et faire rayonner son image authentique.

Les mesures prises dans ce sens visent à assurer la convergence et la complémentarité des efforts des divers intervenants sur le front de la diplomatie, que ce soit le parlement ou la société civile, tout en accompagnant et en valorisant les initiatives menées par les instances consultatives constitutionnelles, a-t-elle dit.

Mme El Ouafi a évoqué dans ce contexte le travail appréciable en termes de consultation et de coordination effectué par le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), dans le plein respect de l’indépendance du CNDH, soulignant la portée significative de cette interaction constructive qui renforce le leadership et l’image du Royaume.

La ministre déléguée a en outre mis l’accent sur une série de mesures et de procédures qui incluent un système de coordination, de coordination et de convergence en vue de conférer plus d’efficience à l’action diplomatique parallèle, et en premier lieu les efforts des sections parlementaires et des instances consultatives.

Bouton retour en haut de la page
Fermer