Le Mercosur a réaffirmé, jeudi à Bento Gonçalves (État brésilien du Rio Grande do Sul), son appel à davantage de libre échange, tout en se dressant contre les pratiques protectionnistes.

Le sommet a été présidé par le président brésilien Jair Bolsonaro, qui a transféré la présidence tournante du bloc au président du Paraguay, Mario Abdo Benítez, en remplacement du chef d’Etat argentin, Mauricio Macri, qui quitte le pouvoir officiellement le 10 décembre.

Selon l’agence brésilienne officielle, parmi les principales questions abordées lors de cette rencontre de haut niveau figure celle de la révision à la baisse du tarif extérieur commun du Mercosur, en cours de négociation.

Selon le président brésilien, la question des tarifs est inévitable, car ces “taux excessifs affectent le producteur et la compétitivité” des pays du bloc et entravent le processus de mise œuvre du libre-échange.

De son côté, M. Macri a indiqué que l’accord commercial entre le Mercosur et l’Union européenne (UE) était une grande opportunité pour le bloc sud-américain qui pourrait lui permettre de mieux intégrer le commerce mondial, rapporte Agencia Brasil.

Tout comme Bolsonaro, Macri a défendu la nouvelle “vocation” du bloc en faveur du libre-échange et de l’ouverture d’autres horizons commerciaux, dans ces “temps de convulsions et de tensions” que connaît l’Amérique latine.

De même, la vice-présidente uruguayenne, Lucia Topolansky, qui représentait le président Tabaré Vázquez au sommet, a fait observé que “cette réunion se déroule dans un contexte régional préoccupant” et à une époque où “plusieurs pays de la région sont secoués par des manifestations, des crises économiques ou politiques et même des coups d’état.

Pour sa part, la présidente bolivienne par intérim, Karen Longaric, invitée au sommet pour représenter un pays en passe de rejoindre le Mercosur, a rejeté les qualifications de ce qui se passe dans certains États de coups d’état.

“Comment la situation pourrait-elle être qualifiée de coup d’État si l’Assemblée législative continue de fonctionner de manière continue et a récemment approuvé l’appel à des élections? En Bolivie, la constitutionnalité n’a pas été rompue, la démission des autorités étant due à des manifestations pacifiques”, a-t-elle martelé.

Parmi les objectifs fixés pour la prochaine période, l’accélération du processus de ratification de l’accord avec l’UE et la poursuite de la révision des tarifs extérieurs communs.

Après la réunion, les représentants des pays ont assisté à la signature de plusieurs accords diplomatiques et de coopération entre les pays membres.

Le Mercosur est composé de l’Argentine, du Brésil, du Paraguay et de l’Uruguay, le Venezuela étant suspendu depuis 2017 pour avoir enfreint l’ordre démocratique et enfreint les règles relatives à la protection des droits de l’homme.

Selon le ministère brésilien des Relations éxterieures, les pays du Mercosur sont la cinquième plus grande économie du monde, au moment où le commerce a presque été multiplié par dix depuis la création du bloc.

En 2018, le Brésil a exporté pour 20,83 milliards de dollars vers le Mercosur et importé 13,37 milliards de dollars.

Bouton retour en haut de la page
Fermer