La biennale de Rabat intitulée “un instant avant le monde”, ouverte mardi dans la capitale en présence d’un parterre de femmes et d’hommes d’art et de lettres venu du Maroc et d’ailleurs, est une occasion de consolider davantage les liens culturels entre l’Espagne et le Maroc, “un pays proche et sincère”, a affirmé le ministre espagnol de la Culture et des Sports, José Guirao.

Dans une allocution à l’ouverture de cette manifestation, M. Guirao a souligné que l’art permet de découvrir d’autres pays et de maintenir une sensibilité “vis à vis du monde dans lequel nous vivons”, ajoutant que la culture est un “moyen d’unir les peuples et de leur permettre de se comprendre et de se connaître”.

Le ministre a, par ailleurs, salué la place prépondérante des artistes femmes dans cette première édition de la biennale de Rabat, qui se veut, selon ses organisateurs, un espace de liberté et d’interaction entre le contemplateur et l’œuvre, dédiée entièrement aux femmes. Il a, dans ce sens, jeté la lumière sur le rôle de la présence féminine dans l’art contemporain.

M. Guirao a également noté la participation de quatre artistes espagnols dans cette édition, estimant que cette participation est de nature à resserrer davantage les liens culturels forts unissant les deux pays voisins.

En marge de la cérémonie d’ouverture, le ministre a effectué une visite du musée, accompagné du commissaire général de la biennale, Abdelkader Damani.

Bouton retour en haut de la page
Fermer