Rabat, 16/07/2019 (MAP) – Tout au long de son histoire, et jusqu’à nos jours, le Maroc a toujours été une terre de symbiose des cultures, de coexistence, de rencontre, de tolérance et d’interaction entre les musulmans et les adeptes d’autres religions, notamment les Chrétiens et les Juifs.

Cette symbiose, que Sa Majesté le Roi Mohammed VI, dépositaire de la charge suprême d’Imarat Al Mouminine, veille à garantir et à préserver, est une réalité qui apparait aux yeux de tous et se matérialise par des mosquées, des églises et des synagogues qui, depuis toujours, se côtoient dans les villes du Royaume.

Elle prend pour base les prescriptions et les enseignements de l’Islam, notamment sa première source de référence, le Saint Coran qui évoque abondamment les gens du Livre et commande de les traiter avec équité en toutes circonstances, et de bannir la haine des relations entretenues avec eux.

La visite qu’a effectué Sa Sainteté le Pape François au Maroc, le 30 et 31 mars dernier, s’inscrit dans la lignée de cet héritage et s’assignait pour principaux objectifs le développement du dialogue inter-religieux, de la compréhension mutuelle entre les fidèles des deux religions et la promotion des valeurs de paix et de tolérance.

Témoignage de l’excellence des relations diplomatiques entre le Maroc et le Vatican, ce voyage papal, qui intervenait dix-neuf ans après la visite officielle qu’a effectuée SM le Roi Mohammed VI à la Cité du Vatican (avril 2000), consacre une conviction partagée, à savoir que les valeurs de la religion monothéiste contribuent à la rationalisation, à la réconciliation, à l’amélioration de l’ordre Mondial.

Cette rencontre entre SM le Roi Mohammed VI, Commandeur de tous les Croyants, et Sa Sainteté le Pape François a permis de mettre en avant les initiatives entreprises par le Royaume, en collaboration avec les pays islamiques frères, notamment africains, en vue de sceller les liens d’unité et de complémentarité, de récuser la discorde et les dissensions, et de promouvoir les valeurs de dialogue, de tolérance et d’ouverture sur l’autre.

Elle a également été l’occasion de mettre en exergue les actions menées par le Maroc, sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, pour la défense des causes arabes et musulmanes, la protection de l’espace religieux, la consolidation des valeurs de tolérance et de modération prescrites par l’Islam, et le rejet de l’extrémisme aveugle et de la politisation tendancieuse de la religion.

Le point d’orgue de cette visite fut la cérémonie d’accueil officiel de Sa Sainteté le Pape François, marquée par le discours historique prononcé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans lequel le Souverain a invité les peuples à embrasser les valeurs de modération, à réaliser les impératifs de co-connaissance et à appréhender la conscience de l’altérité.

Estimant que la réponse aux radicalismes n’était ni militaire, ni budgétaire et qu’elle reposait sur l’Éducation, SM le Roi a appelé à ce que soit redonnée à la religion la place qui est la sienne, au sein de l’éducation.

«Mon plaidoyer pour l’éducation est un réquisitoire contre l’ignorance : ce sont les conceptions binaires et la méconnaissance qui menacent nos civilisations. Jamais la religion», a assuré SM le Roi dans Son discours.

L’autre temps fort de cette visite était la signature par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, Président du Comité Al Qods, et Sa Sainteté le Pape François de “l’Appel d’Al Qods” visant à conserver et à promouvoir le caractère spécifique multi-religieux, la dimension spirituelle et l’identité particulière de la ville Sainte.

Conscients de l’importance de préserver la Ville sainte de Jérusalem / Al Qods Acharif comme patrimoine commun de l’Humanité et, par-dessus tout pour les fidèles des trois religions monothéistes, comme lieu de rencontre et symbole de coexistence pacifique, où se cultivent le respect réciproque et le dialogue, les deux Souverains ont souhaité, à travers cet appel, que dans la ville sainte, soient garantis la pleine liberté d’accès aux fidèles des trois religions monothéistes et le droit de chacune d’y exercer son propre culte.

Partant du statut religieux et de la responsabilité spirituelle, assumés par Amir Al-Mouminine et Sa Sainteté le Pape, cette rencontre a eu, selon de nombreux observateurs, un écho très grand et des répercussions sur la compréhension et le dialogue entre les religions et les cultures.

En fait, ce n’est pas un hasard si le premier voyage de Sa Sainteté le Pape François dans un pays du Maghreb ait lieu au Maroc lorsque l’on sait l’esprit de tolérance qui anime le peuple marocain et lorsque l’on connait les efforts déployés par SM le Roi Mohammed VI, depuis Son accession au Trône de Ses Glorieux Ancêtres, en vue de favoriser l’émergence d’une société plurielle, fondée sur deux convictions, à savoir la consécration de la place de la religion dans la vie, et la promotion d’une éducation spirituelle récusant toutes les formes de haine dans la religion.

Parmi les actions entreprises par le Souverain dans ce cadre, il y a lieu de citer la valorisation du Saint Coran, à travers notamment la création de l’Institut Mohammed VI des lectures et études coraniques, de la Fondation Mohammed VI pour l’édition du Saint Coran, et du Prix national Mohammed VI de mémorisation, de déclamation et de psalmodie du Saint Coran.

II s’agit également du renforcement de la place des mosquées en tant que lieux de culte, d’orientation, de guidance et d’alphabétisation, de la restauration et la réhabilitation de mosquées historiques, des mosquées des mausolées, de zaouias, et de médersas, du lancement du plan de soutien à l’encadrement religieux au niveau local, de la création de la Fondation Mohammed VI pour la promotion des œuvres sociales des préposés religieux, et de l’Institut Mohammed VI de la formation des Imams, morchidines et morchidates, outre les mesures contenues dans le dahir portant organisation du Conseil supérieur des ouléma et des Conseils locaux des ouléma, et celles inscrites dans le cadre de la Charte des ouléma.

Cette Haute sollicitude Royale a permis au Royaume de s’ériger en modèle en matière de gestion du champ religieux et en source d’inspiration pour de nombreux pays d’Europe et d’Afrique subsaharienne qui ont demandé à bénéficier de l’expérience et de l’expertise acquise par le Maroc dans ce domaine.

Ce rayonnement du Royaume s’est trouvé aussi conforté suite à la création par SM le Roi, Amir Al-Mouminine, de la Fondation Mohammed VI des Ouléma Africains, une initiative qui consacre la spécificité des liens géographiques, historiques et spirituels entre le Maroc et nombre de pays africains, et couronne un ensemble d’actions entreprises par le Souverain durant les dernières décennies en faveur de la promotion des valeurs de l’Islam et du rapprochement entre les cultures et les religions.

Bouton retour en haut de la page
Fermer