Un total de 2.070 fonctionnaires de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a bénéficié du mouvement de mutation au titre de l’année 2019, dont 1.215 ayant formulé la demande pour des raisons sociales, personnelles ou de santé, indique vendredi un communiqué de la DGSN.

Quelque 855 fonctionnaires ont été redéployés dans le cadre de permutations ou de demandes urgentes, notamment pour des considérations sociales et humanitaires, précise la même source, ajoutant que ces dossiers “ont été traités de manière immédiate depuis le début de l’année en cours”.

L’annonce des résultats de ce mouvement de mutation annuel intervient en application d’une note de service du Directeur général de la DGSN, publiée le 30 novembre 2018, portant sur la gestion rationnelle et optimale des ressources humaines de la Sûreté nationale et l’amélioration des conditions sociales des personnels, ainsi que leur motivation sur le plan professionnel en les rapprochant de leurs milieux familiaux. Il s’agit également de tenir compte des équilibres nécessaires, en termes de quota, entre les différents services et commandements de sécurité à travers le Royaume, a ajouté le communiqué.

Ce mouvement annuel, poursuit le communiqué, a traité toutes les demandes des fonctionnaires, hommes et femmes, souhaitant changer d’affectation pour des raisons sociales ou personnelles, tout en donnant suite à celles qui remplissent les conditions objectives et répondent aux délais fixées par la note référentielle qui organise les demandes de mutation et de redéploiement des personnels de la DGSN.

Notant que ce mouvement de mutation a également tenu à répondre aux demandes des personnels affectés à des commandements géographiquement éloignés, la DGSN relève que 298 fonctionnaires en poste à la préfecture de police de Laâyoune, à la sûreté régionale de Ouarzazate et d’Errachidia, aux districts provinciaux de Tata et de Bouarfa, et aux commissariats de police de Figuig, de Missour et de Ain Bni Mathar ont bénéficié de ce mouvement, ajoutant que le mouvement a, en outre, bénéficié à 66 personnes affectées aux Brigades mobiles de maintien de l’ordre et aux Groupes d’intervention rapide.

En accédant aux demandes de mutations des fonctionnaires, la DGSN vise à créer un environnement de travail sain et intégré qui leur garantit la proximité de leurs milieux familiaux et sociaux, et à les motiver pour davantage de dévouement au service des questions de la sûreté et la sécurité du pays et des citoyens, conclut le communiqué.

 

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer