Le nouveau gouvernement français a détaillé, mercredi, sa feuille de route pour les mois à venir, au lendemain de l’entretien télévisé du Président Emmanuel Macron dans lequel il a fixé les priorités du plan de relance post-covid-19.

Relance économique, mesures en faveur de l’environnement, décentralisation, lutte contre le Coronavirus, mesures sociales, emploi et formation des jeunes, dialogue avec les partenaires sociaux… le nouveau Premier ministre Jean Castex a présenté, devant l’Assemblée nationale, sa déclaration de politique générale, un exercice qui marque traditionnellement l’entrée en fonction d’un nouveau gouvernement.

Ainsi, le chef du gouvernement français a commencé son « grand-oral » devant les députés par saluer l’action de son prédécesseur, Edouard Philippe, avant d’évoquer le contexte « bien particulier », celui d’une épidémie inédite, dans lequel se déroule cette déclaration de politique générale, affirmant que « la France vient de subir l’une des plus graves crises sanitaires qu’elle ait connues.”

Il a dans ce contexte précisé la stratégie de son gouvernement concernant l’évolution de la pandémie de coronavirus. “La meilleure façon de nous préparer à une reprise possible de l’épidémie est de renforcer nos actions de prévention. Cela passe nécessairement par le développement du port du masque et une intensification de notre politique de dépistage”, a dit le Premier ministre français.

Jean Castex a également détaillé le plan de relance économique doté comme l’a annoncé hier le Président Macron, de 100 milliards d’euros, annonçant 40 milliards d’euros rien que pour l’industrie.

Le plan de relance proposera aussi de « mobiliser plus de 20 milliards d’euros pour la rénovation thermique des bâtiments, pour réduire l’émission des transports et de nos industries, pour produire une alimentation plus locale et durable, pour soutenir les technologies de demain comme les batteries, pour mieux recycler et moins gaspiller”, a ajouté le chef du gouvernement. Il a annoncé, dans ce contexte, la rénovation urbaine dans 300 quartiers en France avant la fin 2021.

Le Premier ministre français s’est prononcé également en faveur d’une transition écologique, “mais pas pour la décroissance verte”. “L’écologie, c’est notre affaire à tous. Elle doit être créatrice de richesse. Je crois en la croissance écologique, pas à la décroissance verte”, a-t-il dit.

Il s’est également attardé sur l’importance de la décentralisation. « Toutes les créations d’emplois publics qui seront inscrites dans le budget de l’année prochaine seront affectées, sauf exception justifiée, dans les services départementaux” et non “dans les administrations centrales”, a annoncé le Premier ministre, affirmant que cette orientation n’est rien de moins qu'”une révolution” en matière de décentralisaiton.

Evoquant la question de la formation, Jean Castex a annoncé que le gouvernement s’est fixé un objectif de 200.000 places supplémentaires de formation en 2021″.

Le nouveau locataire de Matignon a également évoqué la question du chômage des jeunes, annonçant 300.000 parcours et contrats d’insertion qui permettront d’aller toucher les jeunes les plus en difficulté, et évoquant 100.000 places de plus en service civique.

“700 000 jeunes vont bientôt se présenter sur le marché du travail. Aucun d’entre eux ne doit se trouver sans solution”, a déclaré Jean Castex, précisant qu’un “plan pour la jeunesse sera discuté vendredi avec les partenaires sociaux”. Il a également affirmé que la lutte contre le chômage sera “la priorité absolue des 18 prochains mois”.

Tout en reconnaissant que le plan de relance de 100 milliards d’euros “aura aussi un coût pour les finances publiques”, le chef du gouvernement a affirmé que “la réponse ne saurait être l’austérité budgétaire qui ne ferait qu’aggraver les choses”.

Cette déclaration de politique générale sera suivie d’un débat puis d’un vote.

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer