L’enseignement à distance, une conséquence directe de la pandémie du nouveau coronavirus, a, tout à la fois, permis la continuité de l’opération pédagogique et constitué une opportunité idoine pour renouveler le système national d’enseignement, a assuré la présidente de l’Université Hassan II de Casablanca (UH2C), Aawatif Hayar.

Les circonstances particulières que traverse le pays ouvrent une brèche pour explorer les avantages et les nouvelles méthodes de ce mode d’enseignement, dont l’adoption a été d’une extrême importance pour juguler la propagation du virus, a expliqué Mme Hayar dans un entretien à la MAP, tout en reconnaissant que cet enseignement “ne peut en aucun cas remplacer le présentiel”.

Le distanciel peut être mis à profit pour améliorer l’action des différents intervenants du secteur, a-t-elle insisté, notant à cet effet que l’UH2H affiche une implacable détermination à gagner ce pari dans l’ensemble de ses campus, après avoir réussi le basculement digital durant l’exercice écoulé.

L’université a, très tôt, sonné la mobilisation générale des corps professoral, étudiant, administratif et technique pour mener à bien cette entreprise, d’autant que l’implication et la motivation des étudiants et des enseignants, en tant que pièces-maîtresses de l’édifice, ont été fondamentales pour réunir les conditions de succès de ce chantier, a-t-elle poursuivi.

Il a été ainsi procédé à la réalisation d’un sondage (questionnaire) pour mieux déterminer la proportion des étudiants rencontrant des difficultés d’enseignement à distance (absence d’ordinateur ou de connexion), a indiqué Mme Hayar, relevant que son établissement étudie la possibilité de doter cette catégorie en cet outil informatique, tout en veillant à l’augmentation significative du débit Internet dans les campus pour une navigation plus fluide.

Tout en intensifiant les trainings sur les techniques du “e-learning” au profit des enseignants, l’université a mis à leur disposition des studios pour l’enregistrement de capsules et des plateformes de visioconférence, de même qu’elle se penche sur un projet relatif à l’acquisition de laptops et de petites caméras au profit du corps enseignant, dans le souci de lui garantir les conditions appropriées pour accomplir convenablement ses missions.

Au début de la crise sanitaire, l’Université Hassan II de Casablanca s’est attelée à la professionnalisation de ses supports et infrastructures d’enseignement à distance, afin d’inscrire les acquis actuels en termes de transformation digitale dans la durabilité, l’efficience et la stabilité.

Elle a mis en place une plateforme (i-UH2C) intégrée et fédératrice pour l’enseignement à distance et d’autres services pédagogiques, de la recherche scientifique, administratifs et de télétravail, en tant que pierre angulaire du projet “UH2C Smart Campus”.

Aux côtés des plateformes i-Lab mutualisées entre les activités pédagogiques, la recherche et l’innovation (Matlab, e-portfolio, i-UH2C Cisco Academy, Huawei Academy), il a été procédé à la refonte de l’Espace Numérique de Travail (ENT) de l’Université, dont la nouvelle version permet d’augmenter l’accessibilité à ses offres diversifiées et aux logiciels les plus utilisés scientifiquement et académiquement, entre autres.

Évoquant par ailleurs la stratégie d’encouragement de la recherche et de l’innovation, Mme Hayar a souligné que l’Université a consacré un soutien financier à 100 projets ayant participé à un appel d’offres en liaison avec la thématique du nouveau coronavirus, faisant état de la sélection de 15 parmi les recherches présentées.

Les projets concernent, notamment, des tests de dépistage rapide en quelques minutes et à moindre coût, l’accompagnement des entreprises en cette conjoncture, la confection de masques spécifiques à l’université et le développement de respirateurs artificiels, a-t-elle dit.

En avril dernier, l’Université Hassan II de Casablanca a annoncé la décision de récompenser la publication d’articles scientifiques dans des revues internationales indexées et les brevets à l’échelle nationale et internationale, dans le sillage du projet de développement 2019-2023 qui vise à lui assurer une meilleure visibilité à l’échelle internationale.

La Commission Recherche Scientifique a fixé des primes allant de 6.000 à 50.000 pour les publications dans des revues internationales de qualité, les meilleurs producteurs scientifiques de l’année et la meilleure invention de l’année, en vue de stimuler l’excellence et l’émulation entre les chercheurs de l’Université.

S’agissant des perspectives de l’année universitaire 2020-2021, marquée par la persistance de la pandémie, Mme Hayar a indiqué que l’UH2C a procédé, “pour la première fois au Maroc”, au lancement de l’opération des inscriptions en ligne via une plateforme numérique permettant aux étudiants de communiquer en face à face avec les cadres pédagogiques des établissements qu’ils comptent rejoindre.

Quelque 44.000 nouveaux inscrits devront intégrer les différents campus de l’université, contre 34.000 la campagne précédente (hausse comprise ente 10 et 15%), sachant que le nombre total des étudiants s’élève à 124.000, a-t-elle détaillé.

L’Université Hassan II, qui a vu le jour en 1975, comporte 18 campus (faculté, écoles et instituts) répartis entre les villes de Casablanca et Mohammedia.

Bouton retour en haut de la page
Fermer