La crise du coronavirus (Covid-19) a provoqué une prise de conscience de la dimension et l’importance des services d’urgence qui revêt un enjeu crucial pour l’avenir de la médecine au Maroc, a estimé, vendredi à Rabat, Pr Ahmed Rhassane El Adib, anesthésiste-réanimateur et vice-président de la Société marocaine de la simulation médicale.

Intervenant dans un symposium placé sous le thème “Biologie délocalisée en médecine aiguë: C’est le moment ou jamais” à l’occasion du 4è congrès international de la Société marocaine de médecine d’urgence (SMMU), le spécialiste a indiqué que la pandémie a révélé un besoin accru en terme de personnel médical, notamment en ce qui concerne les urgentologues.

Le personnel urgentiste, a-t-il souligné, est intervenu, outre mesure et en sous-effectif, dans cette crise sanitaire en milieu hospitalier et préhospitalier dans la triage, l’orientation et la prise en charge des patients atteints par le Coronavirus, ajoutant que la médecine d’urgence occupe une place importante au sein du système de santé.

La crise sanitaire a également démontré que l’une des priorités pour le système de santé est de promouvoir la formation initiale et la formation continue, car “pour faire face à une épidémie de cette envergure, il faut que les professionnels de la santé soient formés aux techniques appropriées et aux compétences particulières en matière d’urgence et de soins intensifs, a souligné le Pr El Adib.

Il a relevé que la simulation médicale peut constituer un moyen pour atteindre ces objectifs car les spécialistes pourront apprendre de nouvelles techniques, notant toutefois que ce processus devrait s’inscrire dans la durée car “après la pandémie, les professionnels déjà formés seront exposés au risque de perte des compétences donc il faudra toujours réévaluer et réapprendre en permanence”.

Par ailleurs, Pr El Adib a présenté l’intérêt de la biologie délocalisée en médecine aiguë qui s’explique par l’utilisation d’appareils médicaux qui permettent des diagnostics rapides, particulièrement au niveau du service des urgences, pour établir rapidement le protocole de soins approprié et éviter l’engorgement au niveau des urgences hospitalières.

“La biologie délocalisée va également venir en appui aux laboratoires d’analyses médicales qui demandent une étape analytique importante, en terme de rapidité et d’efficacité, ce qui aura bénéfice énorme dans le traitement de certaines pathologie “, a-t-il ajouté.

Deux jours durant, le 4ème congrès international de la SMMU, tenu en format semi-présentiel, propose des conférences et des ateliers en faisant intervenir des spécialistes, aussi bien marocains qu’étrangers, sur des sujets relatifs au domaine des urgences dans tous ses aspects, la crise de la Covid-19 et ses effets multiformes, ainsi que son retentissement sur le personnel soignant.

Bouton retour en haut de la page
Fermer