L’économie espagnole pourrait se contracter de 6,6% à 13,6% en 2020, en raison de la crise provoquée par la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19), a annoncé, lundi, la Banque centrale du pays.

Cette chute sera “sans précédent dans l’histoire récente”, dépassant de loin celle qui s’est produite au cours de la crise financière mondiale de 2007-2008, même si son ampleur est soumise à “beaucoup d’incertitude” liée notamment à la durée du confinement, a précisé la banque d’Espagne dans son rapport intitulé “Scénarios macroéconomiques de référence pour l’économie espagnole après le Covid-19”.

L’institution monétaire, en utilisant deux méthodologies différentes, a estimé que le PIB pourrait baisser de 6,6% à 8,7% cette année, si le confinement durera huit semaines et en fonction du degré de persistance de la perturbation après la fin de l’état d’alerte, décrété le 15 mars et qui doit être prolongé jusqu’au 9 mai prochain.

La chute du PIB pourrait atteindre 13,6% si le confinement atteint douze semaines et que le retour à la normale n’est pas complet en fin d’année, en particulier dans les secteurs liés à l’hôtellerie, la restauration et les loisirs.

Le redémarrage de l’activité attendu dès le deuxième semestre de cette année devrait se traduire par “une reprise remarquable” en 2021, avec une croissance projetée entre 5,5% et 8,5%, en fonction de la date de la fin du confinement et de l’efficacité des mesures prises afin de contenir la perte d’emplois et d’entreprises et réduire les problèmes de solvabilité, a relevé la Banque centrale.

Le coût budgétaire de l’épisode récessif occasionné par le Covid-19 sera “très élevé”, en raison des mesures adoptées et, surtout, de la performance des stabilisateurs automatiques, a fait savoir l’institution, estimant que le déficit public pourrait se situer entre 7% et 11% du PIB en 2020, et entre 5,2% et 7,4% en 2021, tandis que la dette publique pourrait s’établir entre 110% et 120% du PIB durant cette période.

La Banque d’Espagne a, par ailleurs, prévu que le taux de chômage pourrait se situer entre 18,3% et 21,7% en 2020, et entre 17,5% et 19,9% en 2021.

Le Fonds monétaire international (FMI) a prévu, de son côté, que la contraction du PIB espagnol pourrait atteindre 8% cette année.

Le gouvernement espagnol avait abaissé ses prévisions de croissance du PIB à 1,6% en 2020, contre 1,8% prévu auparavant, conformément au nouveau cadrage macro-économique du projet de loi des Finances pour 2020, que l’exécutif voulait faire adopter avant l’été.

Bouton retour en haut de la page
Fermer